Ananda DEVI

Auteure

 Site d'Ananda Devi
  anandadevi23@gmail.com
 Consultez les dédicaces

Née en 1957 à l’île Maurice, Ananda Devi est remarquée très tôt lorsqu’elle remporte, à l’âge de 15 ans, un prix littéraire international pour une nouvelle intitulée La Cité Attlee. C’est le début d’une carrière de presque cinq décennies au cours de laquelle elle est progressivement devenue une voix majeure de la littérature de langue française de l’océan Indien.
Publiée entre autres par les éditions Gallimard et Grasset, elle obtient plusieurs prix littéraires, dont le Prix des 5 continents de la Francophonie attribué à son roman Eve de ses Décombres, le Prix Louis Guilloux pour Le sari vert, le Prix Ouest France – Étonnants Voyageurs pour Manger l’autre et le Prix Femina des Lycéens pour Le rire des déesses. Son écriture est caractérisée par les thèmes sombres et le regard intransigeant qu’elle porte sur le monde. Ses personnages sont piégés par les forces contraires de la société, de la religion, de la cruauté humaine et des lignes de faille de l’histoire. Leur seul recours, dans leur quête solitaire, est leur lucidité et leur humanité. Malgré la violence de son propos, son écriture poétique et sensuelle apporte une lumière aux ténèbres qu’elle explore.
Les livres d’Ananda Devi sont traduits en une douzaine de langues.

La République de Maurice accorde à Ananda Devi le titre de Grand Officer of the Order of the Star and Key of the Indian Ocean et l’état français la nomme Chevalier des Arts et des Les Lettres en 2010, puis Officier des Arts et des Lettres en 2021. En 2014, elle reçoit le Prix du rayonnement de la langue et de la littérature françaises de l’Académie française. En 2020, l’université de Silésie, en Pologne, lui a conféré un doctorat honorifique (honoris causa) pour son travail littéraire.

Deux malles et une marmite (4ème de couverture du dernier ouvrage)
Quel est ce mystère d’écrire ? Qu’est-ce qui amène à l’écriture ? Quelle phrase, quel texte, peut marquer un.e auteur.e à ses débuts et pourquoi ? Quand est-ce qu’écrire devient une évidence ? Quelles influences ? Qui sont les auteur.es ou les textes qui ne quittent plus l’écrivain.e ? Dans cette collection des auteur.es s’adressent librement et dans une forme qui leur est propre à quelqu’un qui est plein de doutes, mais qui veut écrire. Confronté parfois à des questions insolubles, il ou elle est en recherche de réponses, de pistes pour franchir le pas.

Le rire des déesses (4ème de couverture du dernier ouvrage)
Au Nord de l’Inde, dans une ville pauvre de l’Uttar Pradesh, se trouve La Ruelle où travaillent les prostituées. Y vivent Gowri, Kavita, Bholi, ainsi que Veena, et Chinti, sa fille de dix ans. Si Veena ne parvient pas à l’aimer, les femmes du quartier l’ont prise sous leur aile, surtout Sadhana. Elle ne se prostitue pas et habite à l’écart, dans une maison qu’occupent les hijras, ces femmes que la société craint et rejette parce qu’elles sont nées dans des corps d’hommes. Ayant changé de sexe et devenue Guru dans sa communauté, Sadhana veille sur Chinti.
Leurs destins se renversent le jour où l’un des clients de Veena, Shivnath, un swami, un homme de Dieu qui dans son temple aime se faire aduler, tombe amoureux de Chinti et la kidnappe. Persuadé d’avoir trouvé la fille de Kali capable de le rendre divin, il l’emmène en pèlerinage à Bénarès. Comment se douterait-il que sur ses pas, deux représentantes des castes les plus basses, une pute et une hijra, Veena et Sadhana, sont parties pour retrouver Chinti, et le tuer ?
Des bas-fonds de l’Inde où les couleurs des saris trempent dans la misère à sa capitale spirituelle, Ananda Devi nous entraîne dans un roman haletant et riche pour fouiller, à sa manière, les questions brûlantes de notre époque : la place des femmes et des transsexuels, le règne des hommes et la sororité ; les folies de la foi, la pédophilie ; la religion, la colère et l’amour. Avec son style incisif et poétique, elle brise le silence des dieux pour faire entendre et résonner le cri de guerre des femmes – le rire des déesses.

Autres publications

Prix et distinctions
2021 Prix Femina des Lycéens pour Le rire des déesses
2021 Officier des Arts et des Lettres
2020 doctorat honorifique (honoris causa) de l’Université de Silésie (Pologne)
2018 Prix Ouest France – Étonnants Voyageurs pour Manger l’autre
2014 Prix du rayonnement de la langue et de la littérature françaises de l’Académie française (France)
2012 Prix Mokanda
2010 Chevalier des Arts et des Lettres
2010 Prix Louis Guilloux pour Le sari vert
2010 Prix littéraire continental pour Le sari vert
2007 Prix du conseil international d’études francophones
2006 Prix des 5 continents de la Francophonie pour Eve de ses Décombres
1972 Prix de la meilleure nouvelle de langue française pour La Cité Atlee

Manifestations
2022 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)

Consultez les dédicaces

26/05/2022

Deux malles et une marmite – Quel est ce mystère d’écrire ?

Ananda DEVI. Éditions Project’îles. 2021. Récit 9782493036056

En savoir plus
Éditions Project’îles
Ananda DEVI

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Quel est ce mystère d’écrire ? Qu’est-ce qui amène à l’écriture ? Quelle phrase, quel texte, peut marquer un.e auteur.e à ses débuts et pourquoi ? Quand est-ce qu’écrire devient une évidence ? Quelles influences ? Qui sont les auteur.es ou les textes qui ne quittent plus l’écrivain.e ? Dans cette collection des auteur.es s’adressent librement et dans une forme qui leur est propre à quelqu’un qui est plein de doutes, mais qui veut écrire. Confronté parfois à des questions insolubles, il ou elle est en recherche de réponses, de pistes pour franchir le pas.

Deux malles et une marmite est un regard tendre et sans concession de la romancière et poétesse Ananda Devi. L’auteure crée un pont, un dialogue entre la jeune femme qu’elle a été et la romancière qu’elle est devenue. Un texte d’une grande générosité offert à ses lecteurs et à tous les passionnés des littératures indianocéanes. Il y a là des clés pour pénétrer une œuvre exigeante, riche, bouleversante.

L’œuvre d’Ananda Devi est publiée chez Grasset (Manger l’autre), Gallimard (le Sari vert) ou encore chez Bruno Doucey (Danser sur tes braises)

.

Récit confession, Deux malles et une marmite fait partie de ces textes qui vous éblouissent, vous changent et vous remplissent quand vous ressortez de la lecture. Sa langue taille des chemins dans la roche de l’existence comme une quête de lumière. La violence réservée aux êtres en quête de lumière nécessite un temps de pause pour se ramasser, se rassembler. C’est ce qui reste des êtres fracassés qui constitue la somme de ce récit. Sa chair est faite de corps blessés, meurtris qui, au tamis de l’écriture, retrouve une certaine sérénité.

Le rire des déesses

Ananda DEVI. Grasset. 2021. Roman. 9782246827146. Prix Fémina des Lycéens 2021

En savoir plus
Grasset
Ananda DEVI

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Au Nord de l’Inde, dans une ville pauvre de l’Uttar Pradesh, se trouve La Ruelle où travaillent les prostituées. Y vivent Gowri, Kavita, Bholi, ainsi que Veena, et Chinti, sa fille de dix ans. Si Veena ne parvient pas à l’aimer, les femmes du quartier l’ont prise sous leur aile, surtout Sadhana. Elle ne se prostitue pas et habite à l’écart, dans une maison qu’occupent les hijras, ces femmes que la société craint et rejette parce qu’elles sont nées dans des corps d’hommes. Ayant changé de sexe et devenue Guru dans sa communauté, Sadhana veille sur Chinti.
Leurs destins se renversent le jour où l’un des clients de Veena, Shivnath, un swami, un homme de Dieu qui dans son temple aime se faire aduler, tombe amoureux de Chinti et la kidnappe. Persuadé d’avoir trouvé la fille de Kali capable de le rendre divin, il l’emmène en pèlerinage à Bénarès. Comment se douterait-il que sur ses pas, deux représentantes des castes les plus basses, une pute et une hijra, Veena et Sadhana, sont parties pour retrouver Chinti, et le tuer ?
Des bas-fonds de l’Inde où les couleurs des saris trempent dans la misère à sa capitale spirituelle, Ananda Devi nous entraîne dans un roman haletant et riche pour fouiller, à sa manière, les questions brûlantes de notre époque : la place des femmes et des transsexuels, le règne des hommes et la sororité ; les folies de la foi, la pédophilie ; la religion, la colère et l’amour. Avec son style incisif et poétique, elle brise le silence des dieux pour faire entendre et résonner le cri de guerre des femmes – le rire des déesses.

Lettres de Lémurie # 3

Collectif. Dodo vole. Revue littéraire francophone. 2020. 9791090103580

En savoir plus
Dodo vole
Alexandra BISSON
Ananda DEVI
Nassuf DJAILANI
Nicolas GÉRODOU
Monique MERABET
Shenaz PATEL
Catherine PINALY
Johary RAVALOSON
Jean-Louis ROBERT
Jean-François SAMLONG
Monique SÉVERIN

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Selon Jules Hermann, un continent aurait émergé autrefois, « en forme de croissant, qui s’étendait de l’océan Indien à la Patagonie, partant du sud de Ceylan, englobant les Mascareignes et Madagascar[…] ». Ce continent mythique dépositaire d’un rêve d’une humanité lémurifique, à notre propre (dé)mesure et selon nos préjugés, est la Lémurie. Un continent littéraire qui se révèle dans une revue. Les auteurs écrivent depuis La Réunion, depuis l’Île Maurice, depuis Madagascar ou Les Comores, ou d’ailleurs, et se sont reconnus dans cet appel à la fraternité littéraire lémurifique. 25 textes inédits (nouvelles, extraits de roman, poésie) de 25 auteurs reconnus ou émergents. Monique Merabet, Irchad Ramiandrasoa R., Frédérique Trigodet, Nadjim Mchangama, Catherine Pinaly, Johary Ravaloson, Amal Sewtohul, Jean-François Samlong, Ben Arès, Marie-Claude Barbin, Nassuf Djailani, Railovy, Alexandra Bisson, Bertrand Runtz, Mahamoud M’Saidie, Ananda Devi, Hamintsoa Rabemandimby, Jean-Louis Robert, Benoit Rakotovao, Saindoune Ben Ali, Monique Séverin, Christian Estèbe, Nicolas Gérodou, Aina Randrianatoandro, Mathieu Jung.

Les auteurs :
Marie Claude BARBIN avec N’a point person…? / Y a quelqu’un… ?
Alexandra BISSON avec Vaudou à Oudinot
Ananda DEVI avec
Nassuf DJAINALI avec
Nicolas GÉRODOU avec La Passion Péters
Monique MERABET avec Le trousseau d’Anita
Shenaz PATEL avec La femme de la Lune (Conte)
Catherine PINALY avec La jetée
Johary RAVALOSON avec Îles-de-mer
Jean-Louis ROBERT avec Olèrk prendre corps la langue an kor kréol
Jean-François SAMLONG avec
Monique SÉVERIN avec La robe d’Anjélika