SAMIEL

Scénariste et dessinateur

 Facebook de Samuel Fabien
 samielgribouille@gmail.com
 Consultez les dédicaces

Samuel Fabien alias Samiel est né au pays de l’andouille (Vire) en 1972, le jour d’Halloween.
Il grandit dans une famille d’éleveurs laitiers ce qui lui permet d’être touché par le crayon de la fée du dessin.
En effet, très jeune, par l’odeur du fromage alléché, il reçoit sa première consécration (un disque de Goldorak) grâce à un dessin réalisé pour la fromagerie Belle des Champs. Marqué par la réussite de ce premier concours, il part étudier le graphisme dans des villes exotiques comme Mayenne, Grenoble ou Rennes. Là, il apprend à dessiner autre chose que des vaches…
Il s’égare un temps en agence de communication puis chez Ouest-France (ruralité oblige).
Afin de parfaire son éducation d’honnête homme, il s’envole vers La Réunion en 1999.
C’est là bas qu’il découvre la beauté du monde. Beauté qu’il veut transmettre aux jeunes générations en devenant éleveur de champions dans la glorieuse Éducation nationale.
La Réunion – Tu connais ? publié aux éditions Des Bulles dans l’Océan en 2021 est son premier album
Ce livre est comme un rhum arrangé.
Si l’on mélange le goût du partage et l’humour des Réunionnais avec la pédagogie du prof, il est logique de faire ce guide sur le plus bel endroit du monde.
Un guide plein d’humour et de clins d’œil à tous ceux qui y ont séjourné.

La Réunion – Tu connais ?  (4ème de couverture du dernier ouvrage)
Samiel s’envole vers la Réunion en 1999. C’est là qu’il découvre la beauté du monde. Beauté qu’il veut transmettre aux jeunes générations en devenant éleveur de champions dans la glorieuse Education Nationale. Ce livre est comme un rhum arrangé. Si l’on mélange le goût du partage et l’humour des Réunionnais avec la pédagogie du prof, il était logique de faire ce guide sur le plus bel endroit du monde.
Un guide plein d’humour et de clins d’oeil à tous ceux qui y ont séjourné.

Manifestations

Consultez les dédicaces

Ophélie SAUTRON

Auteure et poétesse

 Facebook d'Ophélie Sautron
 Instagram d'Ophélie Sautron
 ophelie.sautron@gmail.com
 Consultez les dédicaces

Née à Sainte-Clotilde (La Réunion) en 1998, Ophélie Sautron est une poétesse et auteure française originaire de Sainte-Suzanne. En 2019, elle obtient sa licence de lettres modernes avec mention à l’Université de La Réunion. En 2020, c’est dans ce même établissement qu’elle entame sa deuxième année de master recherche en lettres. En mars 2020, Ophélie Sautron publie son premier recueil de poèmes intitulé Voyage d’un funambule aux éditions Udir. Musicienne, elle est chanteuse et guitariste dans le groupe local Fleur de Canne. Actuellement, elle écrit son premier roman, soutenue par son mentor et éditeur Jean-François Samlong.

Voyage d’un funambule (4ème de couverture du dernier ouvrage)
« J’ai rarement lu d’aussi beaux poèmes, riches, exaltants. Une poésie qui vous embarque pour un voyage inédit, et chaque arrêt vous dit que le chemin à parcourir sera encore plus enivrant que le chemin parcouru. Les poèmes d’Ophélie Sautron ont la force d’un mustang qui traverse des ciels d’orage. »
Jean-François Samlong

Manifestations

Jean-François SAMLONG

© Catherine Hélie
Romancier

 Site de Jean-François Samlong
 Facebook de Jean-François Samlong
 jf.samlong@wanadoo.fr
 Consultez les dédicaces

Jean-François Samlong, chevalier de l’Ordre national du mérite, est né en 1949 à Sainte-Marie (La Réunion). Il est professeur certifié de lettres, chargé de mission à la culture au Conseil général, chargé de mission Langue et culture régionales (LCR) au rectorat de La Réunion pour le second degré. Il est président-fondateur de l’Union pour la défense de l’identité réunionnaise (Udir) qui, depuis 1978, œuvre dans le domaine de l’édition, de la diffusion, de l’animation littéraire ; l’association met également en place la formation de « rakontèr zistoir », le concours Lankréol, des ateliers d’écriture de perfectionnement en partenariat avec les ateliers d’écriture Gallimard.
Depuis une trentaine d’années, il participe au renouveau de la culture et de la littérature réunionnaise. Poète, romancier, essayiste, sa première période est intimiste, marquée par une poésie introspective (Valval, 1980 ; Le Cri du lagon, 1981 ; Solèy do fé, 1990). La deuxième est une orientation vers le roman historique afin de se ré-approprier certaines pages d’histoire et de légende de La Réunion, notamment avec Terre arrachée (1982, Prix de Madagascar décerné par l’Association des écrivains de langue française), Madame Desbassayns (1985, Prix des Mascareignes décerné par l’ADELF), Pour les bravos de l’Empire (1987), Zoura, femme Bon Dieu (1988). La troisième inaugure un cycle plus littéraire avec un regard sans complaisances porté sur la société réunionnaise contemporaine. Il publie La Nuit cyclone (Grasset, 1992, Prix Charles Brisset), L’Arbre de violence (Grasset, 1994, Prix de la Société des Gens de Lettres, Le Livre de Poche, 1996), Danse sur un volcan (Ibis Rouge Éditions, 2001), Le Nègre blanc de Bel Air (Éd. Le Serpent à Plumes, 2002), L’Empreinte française (Éd. Le Serpent à Plumes, 2005). La quatrième l’amène à faire un va-et-vient entre le passé et la période contemporaine avec Une guillotine dans un train de nuit (Gallimard, 2012, Sélection Prix du Roman Métis des Lycéens 2013), En eaux troubles (Gallimard, 2014), Hallali pour un chasseur (Gallimard, 2015), Un soleil en exil (Gallimard, 2019, Sélection Prix Médicis 2019).
Il publie deux romans jeunesse : Kafdor (version créole, éd. Udir, 2003 ; version française, Ibis Rouge Éditions, 2004) et Une île où séduire Virginie (L’Harmattan, 2007).
Ayant analysé le discours poétique et romanesque, il publie De L’élégie à la créolie (1989), Le roman du marronnage (1990), puis des anthologies, des guides bibliographiques, la première Anthologie du roman réunionnais (Seghers, 1991). Et il consacre sa thèse de doctorat à La mort dans le roman réunionnais contemporain (Université de La Réunion, 1994).
Ses essais, Le défi d’un volcan (Stock, 1993) et La crise de l’outre-mer français (en collaboration avec Suzanne Dracius et Gérard Théobald, L’Harmattan, 2009) sont une réflexion sur l’évolution de la société réunionnaise qui veut réussir son intégration à la région indocéanique, à la France, à l’Europe, car si les racines d’un peuple ne se nourrissent pas aux grandes civilisations, elles meurent. Dans le même temps, il estime qu’il est important de promouvoir la langue créole, aussi traduit-il du créole en français plusieurs ouvrages : Légendes créoles (Daniel Honoré, 1997), Le Chemin des frères Ramondé (Daniel Honoré, 1999), Légendes chinoises (Daniel Honoré, 2000), Contes créoles (Daniel Honoré, 2003), Barnar (Jean-Bernard Ifanohiza, 2012), Béképabéké (Sully Andoche, 2014). En tant que chargé de mission LCR, il participe à l’élaboration de deux ouvrages pédagogiques sous la direction d’Evelyne Pouzalgues : Littérature réunionnaise au collège (rédigé en créole, 2003) et Anthologie de la littérature réunionnaise (Nathan, 2014).
Enfin, il renoue avec l’une de ses passions d’autrefois, la photographie, et il publie deux albums : L’île insolite d’un jardin créole (2011) et Le volcan ou la fusion des images (2014). Les mots et les images font entrer l’île dans l’espace de la francophonie où l’on fête le droit à la différence, le dialogue des langues et des cultures, les sociétés qui défendent une identité plurielle, la tolérance, les Droits de l’Homme. Les mots et les images disent cette acuité de l’esprit qui imagine et cette obstination de l’œil qui scrute le réel en quête du sens de l’ailleurs, car ce qui est écrit ou inclus dans le monde invisible ne vient jamais d’emblée à la représentation, comme si l’art était de cacher l’art;

Un soleil en exil (4ème de couverture)
« On ne nous aimait pas, enfermés dans un milieu clos, sans marques d’affection ni la possibilité de fixer des repères. Nous étions dans le même guêpier, égarés dans un tunnel ou une voie sans issue, et à mesure que nous avancions, la neige effaçait les empreintes de nos bottes pour prouver que nous n’existions pas.»
Dans chacun de ses romans, Jean-François Samlong ne cesse d’interroger la violence qui secoue La Réunion. Cette fois-ci, dans un style percutant et concis, il nous convie à découvrir l’histoire des enfants de la Creuse. En fait, une véritable tragédie s’est déroulée entre 1962 et 1984, avec l’exil forcé en métropole de plus de deux mille mineurs réunionnais. Mensonges. Fausses promesses. Trahisons. Harcèlement sexuel. Viols. Tentatives de suicide, et suicides. Séjours en hôpital psychiatrique. Une catastrophe invisible. Enfin, le 18 février 2014, l’Assemblée nationale a reconnu la responsabilité morale de l’État français dans la terrifiante transplantation des enfants. Ici, deux jeunes garçons, Tony et Manuel, et leur sœur courage, Héva, qui témoigne des vies séparées, suspendues, piégées au cœur du froid et du racisme.

Prix et distinctions
2019 Sélection Prix Médicis pour Un soleil en exil
2013 Sélection Prix du Roman Métis des Lycéens pour Une guillotine dans un train de nuit
1994 Prix de la Société des gens de lettres pour L’Arbre de violence
1992 Prix Charles Brisset pour La Nuit cyclone
1985 Prix des Mascareignes pour Madame Desbassayns
1982 Prix de Madagascar pour Terre arrachée

Manifestations
2019 Salon du livre de Mayotte (Mamoudzou)
2019 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)
2019 L’Est lire, Festival livre et nature (La Plaine-des-Palmistes – La Réunion)
2018 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (saint-Leu – La Réunion)
2017 Salon du livre de Paris
2016 Salon du livre de Paris
2015 Salon du livre de Paris
2013 Confluences (Port-Louis – Maurice)
2010 Salon du livre de Paris

Monique SÉVERIN

Auteure

 moniqueseverin.run@gmail.com
 Consultez les dédicaces

Née à La Réunion, co-rédactrice de la première édition du Dictionnaire Kréol-Français (Océan Editions, 1987) d’Alain Armand, Monique Séverin milite en faveur de la reconnaissance de l’identité réunionnaise. Elle suit un fil rouge, celui de la difficulté à se penser dans des univers « bâtards », incertains, hantés par l’esclavage, mais susceptibles d’enfanter le meilleur. Représentation littéraire des tensions qui habitent une société plurielle peinant à se définir, mais aussi volonté de marquer, dans l’écriture, lesdites tensions, par l’usage du français, du créole, et d’une langue tierce.
Némésis et autres humeurs noires (Editions Caribéennes, 1989), un recueil de nouvelles, met en mots les séquelles de l’esclavage. Dans les poèmes en créole parus dans un collectif, Zétoil katrèr, (UDIR, 1990) c’est de transmission et d’amour qu’il s’agit : être réunionnais(e), sereinement, dans l’acceptation de ce dont nous sommes pétris, tel est le message. Ce positionnement réapparaît dans Femme Sept peaux (L’Harmattan, 2003), un conte philosophique. Madame Sans Langue, paru en 2013 dans Nouvelles de La Réunion (Magellan, Miniatures), histoire d’une spoliation douloureuse, interroge les silences, refuge ou résistance, comme dans Parle pas, nouvelle parue en 2018 dans Lettres de Lémurie #1, chez Dodo vole. Aliénation et difficulté de se dire apparaissent aussi dans Huiler les mots, in Les mots d’une île à l’autre, UDIR.
Opus incertum est un texte poétique « expérimental » paru en 2014 chez Surya Editions : écrit dans une langue usant des étymologies permettant de transcrire un réel complexe, l’ouvrage pointe les contradictions qui hantent l’univers réunionnais dans ce qu’elles ont de néfaste mais aussi de prometteur. Avec Bad nénène et Elle, la mère, in Nénènes, porteuses d’enfance, collectif paru chez Petra en 2017, Monique Séverin s’intéresse à la nénène, une figure féminine particulière.
De l’eau ou la Sisyphe africaine, paru in Lettres de Lémurie #2, chez Dodo vole est un extrait de roman en cours.
Dans le droit fil de la réflexion de l’auteure, La Bâtarde du Rhin, roman paru chez Vents d’ailleurs en 2016, évoque la « honte noire » et les métis nés d’Allemandes et de soldats des forces coloniales françaises envoyés en Rhénanie en 1918.
Kozima est une « bâtarde du Rhin », terme méprisant utilisé après la Première Guerre mondiale pour désigner les enfants nés d’Allemandes et de soldats noirs. Persécutée par le régime nazi, menacée de stérilisation, elle survit à la guerre et entreprend de remonter à la source du mal, à son origine réunionnaise.
Comprendre comment un régime, eugéniste ou esclavagiste, peut disqualifier un être humain, telle sera la quête de l’héroïne.

Prix et distinctions
2017 Sélection Prix du Roman Métis des Lycéens

Manifestations
2019 Salon du livre Athéna des Saint-Pierre (La Réunion)
2019 Étonnants voyageurs – Festival international du livre et du film de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)
2018 Étonnants voyageurs – Festival international du livre et du film de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)
2017 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)
2017 Salon du livre de Paris
1990 Salon du livre de Paris

STAARK

Mangaka, scénariste et dessinateur de manga

 Facebook Staark Mangaka
 Instagram Staark
 Twitter Staark
 manga.redskin@gmail.com
 Consultez les dédicaces

Staark de son vrai nom Yvan Soudy est né à Saint-Benoit le 20 septembre 1987 et grandit à Bras-Panon. Déjà tout jeune il baigne dans la culture du manga et décide de devenir réalisateur de films d’animation. Après un cursus scolaire classique, le jeune Réunionnais décide de s’orienter vers une école d’animation et intègre l’Institut de l’image de l’océan Indien (ILOI). Il y étudie principalement les jeux vidéo. Il fonde avec ses amis le Studio Pixel butchers, qui se fait remarquer sur la scène internationale avec le jeu Little Geek Adventure qui leur vaut une participation à l’Independant Game festival de San Francisco. Le studio devient ainsi le premier studio étudiant français à y être admis. 

En parallèle Staark est repéré par Shovel, auteur chez Delcourt à ce moment-là. Il bénéficie de la bourse jeune talent de l’atelier Shovel et y apprend les codes de la bande dessinée. Le jeune Panonnais se lance alors dans le monde du manga et publie Jabulamy sur Délitoon. Il se tourne ensuite vers la plateforme numéro 1 de webmanga : Mangadraft. Il y publie Bastille 974 et pour la première fois Redskin. Le manga connaît un petit succès inattendu pour une œuvre amateur et est rapidement repéré par les éditions Norigami.

En 2018, Redskin devient 100% réunionnais avec l’adaptation au format physique par les éditions Des Bulles dans l’Océan.

Redskin – Tome 2 (4ème de couverture du dernier album)
Le règne métazoaire… celui des monstres, animaux et autres créatures mythiques qui règnent sur le continent d’Asalea. Les hommes en sont réduits à vivre reclus dans des forteresses, en proie à la peur et au désespoir.
Alors que tout espoir semble perdu, d’incroyables guerriers dotés de pouvoirs incommensurables font leur apparition: Les Redskins. Grâce à
leur intervention les hommes peuvent en n vivre librement et une nouvelle économie voit le jour: celle du commerce animalier.
Parmi eux Agatho, 14 ans, est le dernier descendant des Indiens Trismégistes, peuple mystérieux étrangement disparu 13 ans plus tôt. Agatho parcourt le continent a n de réaliser un rêve aussi égoïste que démesuré : devenir le plus grand Redskin qu’il soit. Son but ? rétablir la civilisation de ses ancêtres. Un univers où la nature est reine, les animaux rois et où la loi du plus fort est… la règle !

Manifestations
2019 Salon du livre réyoné (Saint-Leu – La Réunion)
2019 Cyclone BD – Festival international de la BD de l’océan Indien (Saint-Denis de La Réunion)
2019 Val en Bulles – Salon international de la BD à Valenciennes (Nord)
2019 Festival international de la BD d’Alger (Algérie)
2019 Geekali (Saint-Denis de La Réunion)
2019 Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (Charente)
2018 Salon du livre réyoné (Saint-Leu – La Réunion)
2018 Geekali (Saint-Denis de La Réunion)

 Consultez les dédicaces

Alena SIZLO

Scénariste de bande dessinée

 Site LaBandeDu9.fr
 Facebook de Roche et de Sève
 Instagram Alena-Shovel Elundhaäl
 derocheet2s@gmail.com
 Consultez les dédicaces

En 2016, elle rencontre en vrai Shovel, après dix ans passés à échanger avec lui sans le connaître des écrits sur le mode du discours courtois sur un monde qu’ils ont créé en commun. Il devient son compagnon, dans la vie comme aux commandes des prémices du monde d’Elundhaäl. Personne ne saurait dire d’où elle vient ni ce qu’elle aurait fait avant mais ils se rejoignent et se chevillent inextricablement autour de nombreuses passions communes, comme le discours de l’amour courtois médiéval, la fantasy, le stylisme de mode vintage ou la moto. De leur indéfectible amour, nait enfin l’univers d’Elundhaäl, et de leur collaboration naît la série De roche & de sève, dont le premier tome est sorti en mars 2019 chez Des Bulles dans l’Océan. Cette dernière série de bande dessinée de fantasy est tirée de leur histoire vraie et est prévue en quatre albums.

Ils coulent aujourd’hui des jours heureux sur l’Île de La Réunion où ils se chérissent et œuvrent à l’écriture de leur histoire, à la création de leurs atours, bien à l’abri entre les flancs de roche volcanique recouverts de forêts primaires, et face à l’océan Indien et ses odieux couchers de soleil.

De roche et de sève – Tome 1 – On ne nait pas elfe noire… (4ème de couverture)
Contre son gré, Sthannÿe Pheÿ monte sur le trône des Elfes, après la mort de son frère, décapité par le roi des Nains Wirkkin. Sombrant dans la noirceur, son premier acte sera d’entreprendre d’éradiquer l’engeance naine et son roi.
Mais leur première rencontre bouleverse leurs plans. Le roi des Nains renonce à la recherche du plus fabuleux trésor de l’histoire d’Elundhaäl, celui du dieu-roi Nordemir Dent-De-Forge, et la reine Elfe renonce au trône de son peuple pour porter son enfant: au premier regard ils se sont voués amour éternel.
Quelle magie les a-t-elle liés ainsi ? L’héritier des deux royaumes aura- t-il le temps de naître et de réclamer son dû ? Les Nains et les Elfes leur laisseront-ils le temps de trouver des réponses ?
Tolkien n’a pas osé. Alena Sizlo et Shovel, si !

Manifestations
2019 Salon du livre réyoné (Saint-Leu – La Réunion)
2019 L’Est lire – Festival livre et nature (La Plaine-des-Palmistes – La Réunion)
2017 Cyclone BD – Festival international de la BD de l’océan Indien (Saint-Denis de La Réunion)
2017 Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (Charente)

 Consultez les dédicaces