Daniel LAURET

Auteur

 lauret.daniel@gmail.com
 Consultez les dédicaces

Daniel Lauret naît en 1949 à Pîton Saint-Leu (La Réunion). Il grandit à la Chaloupe Saint-Leu. Après des études secondaires au Lycée Leconte de Lisle (dans les locaux de l’ancien lycée colonial), il est reçu au concours d’entrée à l’École normale d’instituteurs de Saint-Denis. Il fait partie de la première promotion d’étudiants à s’inscrire en lettres à La Réunion, au Centre universitaire nouvellement créé rue de la Victoire, en face de la cathédrale (1968).
Après une formation de professeur de collège en lettres-anglais, c’est à l’Université des lettres et sciences humaines d’Aix-en-Provence qu’il poursuit son cursus : licence, maîtrise, CAPES de lettres modernes et doctorat en études créoles.
Daniel Lauret enseigne quatre années au collège (à Saint-Benoit et à Sainte-Clotilde). Après une année de formation à Paris (Auteuil), il est nommé à l’École normale de Saint-Denis – bientôt transformée en IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres) – pour y enseigner, jusqu’en 2004, la didactique du français et du créole.
L’auteur consacre désormais la majeure partie de son temps à son travail de conteur (Association Kozé Conté) et d’écriture.

Féminitude (4ème de couverture du dernier ouvrage)
Par analogie avec la notion de « négritude », Simone de Beauvoir pose celle de « féminitude » : elle veut désigner par là un ensemble de qualités acquises dans l’oppression (Encyclopaedia Universalis). Daniel LAURET nous livre ici un conte : Notre drame des laves et un roman, L’épreuve de l’amour, des textes qui racontent l’histoire de quatre femmes, de quatre grossesses indésirées. Angèle, Man Toinette, Charlotte, peuvent-elles faire autrement que de les subir ? Sylviane fera, pour sa part, le choix d’une IVG. Extrait : Il m’est doux de penser, aujourd’hui, que mon hôte en aura profité pour filer. Comme une étoile. Je ne lui en veux pas. Je ne pouvais pas prendre la responsabilité d’un Petit Prince. L’avion était en panne et le pilote n’était pas là pour lui dessiner un mouton. Il valait mieux, pour nous deux, qu’il retrouve sa planète, son baobab, sa fleur.

Autres publications
Articles (créole, langue et éducation):
Créole: l’officiel et la pratique », Sobatkoz – Revue du GREC : Groupe de recherche en études créoles, n° spécial, 1984, dessins de François Orre, 114 pages.
Former des maîtres pour La Réunion », Travaux de l’Institut de linguistique et d’anthropologie, Université de La Réunion 4, avril-mai 1984, p. 1-20.
Particularités lexicales du français réunionnais, sous la direction de M. Carayol. Propositions pédagogiques, Nathan, 1985, 389 pages.
L’élève créolophone : images et représentations, Sobatkoz 4 – Revue du GREC : Groupe de recherche en études créoles, 1986, p. 51-55.
Créole et école : réalités et perspectives. Île et fables : Paroles de l’autre, Paroles du Même : linguistique, littérature, psychanalyse- Tome 2, L’Harmattan, 1990, p. 111-123.
Le français tel qu’on l’enseigne, Expressions 1 – Revue de l’IUFM de La Réunion, 1992, p. 153-160.
Quelle France enseigner à l’école ? Étude des représentations et images de la France véhiculées à travers les manuels scolaires, Actes du colloque « Identité, culture et développement », Comité de la culture, de l’éducation et de l’environnement de la Guadeloupe, Éditions Caribéennes, 1992, p. 285-295.
Apprentissage du français à La Réunion : Les interférences phonologiques créole / français : Quelle remédiation ?, Expressions 3 – Revue de l’IUFM de La Réunion, novembre 1993, p. 95-119.
Langue(s) de la famille, langue(s) de l’école : passage ou rupture ?, en collaboration avec Ginette Ramassamy et Rose-Marie Degearier, Compte-rendu d’une enquête sociolinguistique et épilinguistique dans le quartier de la Rivière des Galets, Les Cahiers de cliniques psychologiques 18 (Exil et modernité), Université de Haute Bretagne, 1993, p. 49-57.
Le créole à l’école : pourquoi ?, Cahiers pédagogiques 355 : L’école dans les DOM-TOM, juin 1997, p. 38-40.
Traduire une langue régionale : enjeux théoriques et symboliques, Expressions 12 – Revue de l’IUFM de la Réunion, novembre 1998, p. 173-179.
I fé pa lo pon avan la rivièr, Akoz – Les cahiers du développement 9, octobre 2000, p. 8-10.
L’épreuve de créole réunionnais au concours de recrutement des professeurs d’école, 1982-2001, avec Monique Payet, Sujets et corrigés, CRDP, Académie de La Réunion, 2002, 71 pages.

Manifestations
2022 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)
2021 Salon de la culture et de l’identité réunionnaise (Saint-Denis de La Réunion)
2021 Salon du livre réyoné (Saint-Leu – La Réunion)
2021 Salon des auteurs et éditeurs péi (Saint-Paul – La Réunion)
2019 Salon du livre réyoné (Saint-Leu – La Réunion)
2019 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)

Consultez les dédicaces

02/11/2019

Se donner un genre

Daniel LAURET. Éditions Orphie – Différences. 2022. Roman – Poésie – Conte. 9791029805318

En savoir plus
Éditions Orphie
Daniel LAURET

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Se donner un genre : une expérience transculturelle entre Madagascar et la banlieue lyonnaise, un récit transtextuel entre le créole et le français, le roman et la poésie, un kont’ qui vient questionner une transition du masculin au féminin.
Le genre touche au corps.
Il touche aussi à la langue.
Il coupe des deux côtés à la fois.
Et si la transition pouvait opérer au niveau symbolique ?

Ce texte traite de la question du genre, un sujet encore largement tabou mais qui a fini par s’imposer dans le débat social contemporain. Qui n’a rencontré aujourd’hui, chez ses amis, parmi ses élèves, dans sa famille, primaire ou recomposée, proche ou élargie, un jeune, remettant en cause son genre d’appartenance ? Dans le même temps, relayée par la puissance des réseaux sociaux – véritable accélérateur d’opinion – la littérature autobiographique émanant de sujets racontant leur transition de genre ne manque pas de s’exprimer au grand jour. Ce kont’ réunionnais fera voyager le lecteur entre Madagascar, la banlieue lyonnaise et La Réunion des années 60, un kont’ tissé dans l’entre-deux d’une culture créole et française. Ce récit permet de repenser notre culture du genre, de déboulonner le statut du Mâle, de revisiter les représentations masculines. Se donner un genre n’est pas pour autant un pousse à trans (apologie).

Féminitude

Daniel LAURET. Éditions Orphie – Différences. 2020. Roman et conte. 9791029803697

En savoir plus
Éditions Orphie
Daniel LAURET

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Par analogie avec la notion de « négritude », Simone de Beauvoir pose celle de « féminitude » : elle veut désigner par là un ensemble de qualités acquises dans l’oppression (Encyclopaedia Universalis). Daniel LAURET nous livre ici un conte : Notre drame des laves et un roman, L’épreuve de l’amour, des textes qui racontent l’histoire de quatre femmes, de quatre grossesses indésirées. Angèle, Man Toinette, Charlotte, peuvent-elles faire autrement que de les subir ? Sylviane fera, pour sa part, le choix d’une IVG.

Extrait : Il m’est doux de penser, aujourd’hui, que mon hôte en aura profité pour filer. Comme une étoile. Je ne lui en veux pas. Je ne pouvais pas prendre la responsabilité d’un Petit Prince. L’avion était en panne et le pilote n’était pas là pour lui dessiner un mouton. Il valait mieux, pour nous deux, qu’il retrouve sa planète, son baobab, sa fleur.