Lettre à Mouna pour parler des kabri lé sèr

Lettre à Mouna pour parler des kabri lé sèr

Lettre à Mouna pour parler des kabri lé sèr

Danièle MOUSSA. Union de défense de l’identité réunionnaise (Udir). Poésie. 2019. 9782878630855

En savoir plus
Union de défense de l’identité réunionnaise (Udir)
Danièle MOUSSA

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Avec Kabri lé sèr, Danièle Moussa nous invite aujourd’hui au plus secret d’elle-même. Elle nous raconte une histoire d’amour. Une vraie histoire d’amour qui retrace épistolairement toute son enfance. Elle a choisi d’écrire à Mouna ses retrouvailles avec Chantale. Plus de soixante ans après avoir été avec cette dernière à l’école du Sacré-Cœur. Cette école était alors tenue par les religieuses de Cluny à Saint-Denis.
Souvenirs. Souvenirs.
Plus de soixante ans sans se voir et reconnaître son amie d’enfance, comme ça, de dos, dans l’animation passante de la rue Maréchal-Leclerc, cela tient presque du miracle. Le grand minaret lui-même n’en revient pas ! Mais il y a toujours comme un instinct qui permet à ceux qui se sont connus de se reconnaître par une sorte d’aimantation réciproque. Cela ne s’explique pas. Connivences. Et s’il y a un code, un mot de passe pour entrer en communication sur la même longueur d’ondes, c’est tant mieux. En l’occurrence, Danièle émet un « Pstt ! Kabri lé sèr ! » Tilt. La réception se fait cinq sur cinq. Elles se reconnaissent tout de suite et joyeusement, elle et Chantale, comme « cabris des bonnes sœurs ».
Monseigneur Gilbert Aubry