Étuves suivi de L’esclave des nègres

Emmanuel GENVRIN. Théâtre Vollard. Théâtre. 1988

En savoir plus
Théâtre Vollard

Acheter
Théâtre Vollard

4ème de couverture
À l’île Bourbon, en 1794, des comédiens veulent monter L’Esclavage des Nègres d’Olympe de Gouges, une comédie abolitionniste qui sent le souffre. Ils s’entraînent aux ” étuves “, un local qui abrite aussi l’assemblée coloniale. Ils sont rejoints par les comédiens noirs du Téat Zanzibar. Mais la Révolution dans l’île tourne court et les esclaves ne sont pas affranchis.
« Symboliquement l’action d’Étuves se passe au Grand Marché (comme Garson de Pierre-Louis Rivière…), authentique lieu de théâtre et d’assemblée coloniale pendant la Révolution. La pièce raconte la naissance d’une troupe métisse. J’avais engagé Hervé Mazelin, qui réalisera pour nous la première d’une série exceptionnelle de scénographies : Lepervenche, Millenium, Carousel… Térésa Small, venue avec lui de métropole, créera des costumes qui permettront aussi un saut qualitatif. Une fête républicaine se jouait dans les jardins. Pour la première fois dans un spectacle de Vollard on pouvait manger un kari. Étuves attira la grande foule. Karine Techer, la fille d’Augustine Touzet, interpréta Mirande. Plus tard, Yaëlle, la fille de Jean-Luc Trulès, allait aussi jouer à Vollard. Elle avait l’âge de la troupe. »
Emmanuel Genvrin