Pierre BRIAL

Auteur

 Contactez La Réunion des Livres
 Consultez les dédicaces

Originaire du Roussillon, Pierre Brial développe très tôt un intérêt combiné pour les sciences, la nature et l’histoire. En 1993, il s’installe à l’Île de La Réunion, où il exerce depuis la profession de géomètre-expert.
À son arrivée sur l’île, il effectue des recherches sur l’histoire naturelle des Mascareignes. Elles conduisent à la rédaction d’un Atlas des Cavernes de l’Île Rodrigues puis, avec le naturaliste Jean-Michel Probst, à la publication des Récits anciens de naturalistes à l’île Bourbon, le premier guide des espèces disparues de La Réunion. Ces premières études l’amènent à s’intéresser à l’histoire particulière du solitaire de La Réunion, oiseau disparu souvent assimilé au Dodo. Il en publie une monographie en 2006 : Le solitaire de La Réunion.
À partir de 2003, son intérêt pour l’histoire le conduit à collaborer en qualité de topographe à des missions archéologiques. C’est ainsi qu’il intervient à plusieurs reprises en Égypte à Alexandrie pour le Centre d’études alexandrines et en Syrie, sur la ville romaine d’Apamée et le site de l’age du Bronze de Nasriyah.
En 2010, il accompagne à La Réunion la création du Service régional d’archéologie, dont il devint un collaborateur régulier, tant sur l’île que sur les autres territoires français de l’océan Indien : Mayotte, Juan de Nova et les îles Australes. Son étude de l’histoire de La Réunion et ses travaux avec les archéologues l’amènent à prendre conscience d’une problématique ancienne et persistante sur l’île, celle des trésors de pirates, qui seraient enfouis quelque part dans ses cavernes ou ses ravines.
Il aborde alors cette question avec un esprit ouvert, partant du principe que ces légendes tellement persistantes et ancrées dans l’imaginaire collectif devaient avoir un fond de vérité. Il fouille ainsi les archives historiques sur la piraterie, remonte aux sources des témoignages sur les testaments, cryptogrammes et autre lettres codées transmises par les chercheurs de trésors, et arpente l’île à la recherche des traces, marques et indices attribués aux forbans. Les découvertes issues de ces recherches sont publiées en 2024 dans Trésors pirates de l’Île Bourbon, aux éditions Feuille Songe.

Trésors pirates de l’île Bourbon – Entre mythes et réalités (4e de couverture du dernier ouvrage)
Des rumeurs concernant des trésors cachés par les pirates circulent depuis fort longtemps sur l’île de La Réunion. Considérées par beaucoup comme fondées, elles donnent régulièrement lieu à des fouilles clandestines.
Paradoxalement, aucune étude s’appuyant sur une véritable recherche historique n’avait été réalisée sur l’origine de cette tradition. Elle a certes fait l’objet de nombreux articles de presse et de quelques publications, ces dernières faites par les chercheurs de trésors eux-mêmes. Ces récits sont plaisants pour qui s’intéresse à l’histoire de l’île mais il est difficile d’y discerner la part de réalité de la part d’imaginaire. Bien que le sujet soit parfois évoqué dans des publications scientifiques, aucun historien ni archéologue n’a produit à ce jour une analyse détaillée de ces légendes pirates.
C’est pour combler cette lacune qu’est née l’idée du livre Trésors pirates de l’île Bourbon, dans lequel sont étudiées les revendications des chasseurs de trésors, en recherchant leur origine et les éléments de vérité historique qu’elles peuvent receler.

Autres publications
Le Cratère Commerson. Bulletin.SESCR n°1. 1996
Atlas des Cavernes de l’île Rodrigues. SESCR. 1996
La Caverne de la Tortue. Bulletin SREPEN n°24. 1998
Le Dodo Blanc, et autres faits inexpliqués concernant le Solitaire de la Réunion. Bulletin SEOR, n°4. 1998
La Relation d’Adriaen Martensz Block. Bulletin Soc.Géog.Réunion n°1. 2001
Observations de Bory de Saint-Vincent sur la faune de La Réunion – 1801-1802. Bulletin Soc.Géog.Réunion, n°1. 2001
L’expédition de Pierre Dominique Martin au Birket Qarun en janvier 1801. Revue de l’Institut Napoléon, n°193. 2006 – II
– Introduction à la géodésie et au géopositionnement par satellites. En collaboration avec C. Shaalan. 2007
– Plan d’Apamée. Syrie. 2011
Dembéni, Mayotte (976) – Archéologie swahilie dans un département français. En collaboration avec Stéphane Pradines. Institut français d’archéologie orientale, Nyame Akuma, n°77. 2012
Les expéditions de Bory de Saint-Vincent et la toponymie du Piton de la Fournaise. Bulletin de l’Académie de l’Île de La Réunion, vol.32, pp. 113-126. 2016
Saint-Paul Cap Champagne – Notice de prospection archéologique. Co-auteur Morgane Legros. DACOI, Service régional de l’archéologie, bilan scientifique 2011-2015, pp.178-181
Le Solitaire de La Réunion. Bulletin de l’Académie de l’Île de La Réunion, vol.34, pp. 47-57. 2018
Saint-Paul, chemin de Bernica – Notice de prospection archéologique. DAC La Réunion, Service de l’archéologie (2019), Bilan Scientifique 2016-2018, pp.68-71
Saint-Paul, colline de Saint-Gilles – Notice de prospection archéologique. DAC La Réunion, Service de l’archéologie (2019), Bilan Scientifique 2016-2018, pp.72-75
Juan de Nova. Co-auteurs Virginie Motte & Lucie Vidal. DAC La Réunion, Service de l’archéologie (2019), Bilan Scientifique 2016-2018, pp.108-115.
La Poudrière de Saint-Gilles. Bulletin de l’Académie de l’Île de La Réunion, vol.35, 2019, pp. 113-118.
Les systèmes géodésiques utilisés en Égypte. Co-auteurs N. Martin & C. Shaalan. M.-D. Nenna (éd.), Alexandrina 5, CEAlex, Alexandrie, 2020, p. 489-544.
Une lettre du pirate La Buse au gouverneur Antoine Desforges-Boucher, 25 mars 1724. Bulletin de l’Académie de l’Île de La Réunion, vol.38, pp. 131-135. 2022
Le naufrage de La Créole. Bulletin de l’Académie de l’Île de La Réunion, vol.39, pp. 146-150. 2023

Manifestations

Consultez les dédicaces

25/06/2024

Le Solitaire de La Réunion Exemplaire

Pierre BRIAL. Lulu. Documentaire. (2006) 2012. 9781326233471

En savoir plus
Lulu
Pierre BRIAL

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4e de couverture
« Une grosse espèce de volaille de l ;a grosseur d’un dindon, très grasse, et aux ailes si courtes qu’elle ne peut voler ; elle est blanche et elle n’est pas sauvage, come du reste tous les oiseaux de cette île, aucun d’eux n’ayant jusqu’ici été tracassé ni effrayé par des coups de fusils. »
C’est ainsi que le 23 mars 1613, sous la plume de l’officier anglais Tatton, le Solitaire de l’île de La Réunion apparaissait dans l’histoire. Moins d’un siècle plus tard, en 1708, cet oiseau était mentionné pour la dernière fois, et entrait ainsi dans la légende.
En effet, les rares témoignages connus étaient trop vagues pour se faire une idée précise de la morphologie de cet oiseau. On le disait gras, et de couleur blanche. Pendant ce temps, des peintures circulaient en Europe, représentant un oiseau bien connu sur l’île Maurice, le Dodo ou Dronte, mais représenté avec un plumage blanc.
Le Solitaire de La Réunion était un Dodo blanc, ou une espèce encore inconnue, qu’il restait à découvrir ?
Cette énigme scientifique a été débattue pendant près de deux siècles, depuis, en fait que Bory de Saint-Vincent, seul naturaliste à avoir cherché le Solitaire sur l’île, ait constaté sa disparition.
Ce n’est que récemment , par la conjugaison d’études ostéologiques, géologiques et historiques, qu’une hypothèse fiable a enfin pu être établie sur la nature de ce mystérieux oiseau.
Préface d’ Anthony S. Cheke.

Trésors pirates de l’île Bourbon – Entre mythes et réalités

Pierre BRIAL. Feuille Songe. Documentaire. 2024. 9791096741106

En savoir plus
Feuille Songe
Pierre BRIAL

Acheter
Feuille Songe
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4e de couverture
Des rumeurs concernant des trésors cachés par les pirates circulent depuis fort longtemps sur l’île de La Réunion. Considérées par beaucoup comme fondées, elles donnent régulièrement lieu à des fouilles clandestines.
Paradoxalement, aucune étude s’appuyant sur une véritable recherche historique n’avait été réalisée sur l’origine de cette tradition. Elle a certes fait l’objet de nombreux articles de presse et de quelques publications, ces dernières faites par les chercheurs de trésors eux-mêmes. Ces récits sont plaisants pour qui s’intéresse à l’histoire de l’île mais il est difficile d’y discerner la part de réalité de la part d’imaginaire. Bien que le sujet soit parfois évoqué dans des publications scientifiques, aucun historien ni archéologue n’a produit à ce jour une analyse détaillée de ces légendes pirates.
C’est pour combler cette lacune qu’est née l’idée du livre Trésors pirates de l’île Bourbon, dans lequel sont étudiées les revendications des chasseurs de trésors, en recherchant leur origine et les éléments de vérité historique qu’elles peuvent receler.