Vidéos

Festival du livre jeunesse de Maurice 2018

Festival du livre jeunesse de Maurice 2018


Rose-Hill (Maurice) – Plaza
13 > 16 septembre 2018

L’association La Réunion des Livres participe au 1er Festival du livre jeunesse de Maurice du 13 au 16 septembre 2018 à Rose-Hill


L’Atelier des nomades, avec le concours de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et des partenaires locaux, organise la 1ère édition du Festival du livre jeunesse de Maurice. Cette manifestation a pour objectif de valoriser la littérature jeunesse locale et internationale, transmettre le plaisir de la lecture, donner le goût de l’art et provoquer l’imaginaire des enfants. La Réunion est représentée par Solen Coeffic, Joëlle Écormier, Isabelle Hoarau, Fabienne Jonca, Lalou, Katty Lauret-Lucilly, Florence Miranville et Rémi Morel pour des rencontres et des dédicaces.


Cette opération, initiée par La Réunion des Livres, bénéficie du soutien du ministère de la culture et de la communication – direction des affaires culturelles de La Réunion (DAC Réunion).

 Consulter le Facebook du festival

        


Karèm kozé

Céline HUET. Surya éditions. Poésie. 2010. 9782918525363

En savoir plus
Surya éditions

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
«La mèr i digdig mon doidpié
Kom in fanm i vé fé lamour
Son sab I amay mon sheve
Kom in fanm i vé fé lamour ».
Vingt ans après Maloya pour la mer, paru aux éditions Udir en septembre 1989, Céline Huet nous offre aujourd’hui, son deuxième recueil de poésie « karem kozé » dans lequel le maloya et la mer sont plus que jamais présents. Carême pour tout abandonner, se recueillir, activer dovan son baro où Céline nous accueille èk in bouké lo mo à entrer dans son monde poétique.
De ses souvenirs d’enfance à travers « Tanambo », « mon péi marmay », en passant par le « Chaudron Saint-Denis » de sa jeunesse, à aujourd’hui où elle s’est posée à « Bagatelle » (lo tan lé dou), dans les bras de son « solèy mon lémé », qui lui apporte soutien et confort pour qu’elle puisse vivre pleinement sa passion d’écrire, elle nous parle tour à tour de « son dé gazon lor Amélie sanm Alexis » (Dodo mon ti baba) mais aussi de ces femmes qui méritent le respect (Fanm).
Souvenirs an poundiak de « mon momon » et « Granmèr », qu’elle partage avec ses dalons « pa mèm momon, pa mèm papa » (Mon gran sèr) en jetant des œillades à nos grands fonnkézér dans des textes tels que « Célimène », « Po Alain », ou encore « kamarad Rimbaud ».
77 fonnkér pou done mangé toute lo kér i ème joué ék lo mo.
« O di amoin ousa
La mèr i sava anvoiyaz
Kan li lèss amoin an ta
Kan mon pène si la sab li kraz ».
Annie Darencourt