Six runkels en Amborie – Tome 3 – L’amour de mon ennemi

SHOVEL (Scénario et dessins) – Veronica ROSADO (Couleurs). Epsilon éditions – Epsilon BD. BD. 2008. 9782917869031

En savoir plus
Epsilon éditions

Acheter
Le Repaire de la Murène
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
« On peut invoquer des légions entières, déplacer des mondes, créer des espèces et les dominer ! Bref, c’est un chouette bouquin !
– Hmm… Vous dîtes que c’est un… manuscrit ? Quelles sortes de mains ont bien pu écrire aussi régulièrement ? Aussi petit ? Et quel est cet étrange langage ?
– Bon, écoutez : moi, je vous file le bouquin pour votre collec’ et vous, vous m’aidez à régler mes problèmes ! Y a pas mal de monde qui s’ra jaloux de votre nouveau livre, vous savez, chez les collectionneurs !
– Il n’y en a pas d’autre exemplaire ? Vraiment ?
– Ben non, pas en Amborie, en tous cas, ça je peux vous le promettre ! Alors, vous m’aiderez ?
– Eeet… Comment espérez-vous que je puisse vous aider ? Je n’ai plus été un bellikus drako depuiiiis… fort longtemps ! Cela remonte à la saison des feuilles roses je crois, et….
– Pas grave ! Pas grave ! ça fait flipper, un dragon, de toutes façons !
– Alors, si ça fait flipper, je suppose que je puis vous être de quelque secours ! Marché conclu ! Je garde l’ouvrage !
– Super ! Je préviens les autres ! »
Aux confins d’Amborie, Jean-Michel, Doquiane et Brib escortés par le hazel, atteignent la porte du Lem-Mhy et le village naïul. Jean-Michel se voit offrir un bracelet aux pouvoirs magiques, qui facilitera son entrevue avec maître Jean. De son côté, Havorn espère atteindre la surface grâce à de nouveaux indices révélés par d’anciens écrits. À la surface la mère de Jean-Michel est toujours à sa recherche ; elle est capturée par Lüma la tisaneuse, et emmenée vers Amborie. On découvre ici que le père de Jean-Michel tient un rôle essentiel dans le trafic de diamants vers la surface. Six runkels en Amborie est une saga aux allures d’heroic fantasy médiévale, non dénuée d’humour et de clins d’oeils. L’univers souterrain dépeint ici constitue une parabole de nos sociétés : multiculturelles, ouvertes mais parfois aussi arqueboutées sur de vieux stéréotypes.