Famiy maron ou La famille esclave à Bourbon (Île de La Réunion)

Gilles GÉRARD. L’Harmattan – Historiques – Série Travaux. Histoire. 2012. 9782296559912

En savoir plus
L’Harmattan

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
En opposition à l’idéologie esclavagiste qui niait la parenté chez les esclaves, ces derniers, Malgaches ou Africains puis progressivement créoles, ont créé à Bourbon des structures familiales méprisées ou ignorées par les maîtres. L’abolition de l’esclavage en 1848 permettra l’apparition au grand jour de ces milliers de familles maron, socle de la société créole d’aujourd’hui.
Préface de Sudel Fuma.

Visages de l’usine

Gilles GÉRARD (Texte) – Yann ARTHUS-BERTRAND (Photographies). Muséum Stella Matutina. 1994

En savoir plus
Site La famille esclave à Bourbon (Île de La Réunion)

4ème de couverture
« Nou té èm travay, solman i péyé in ti pé ». Nous aimions notre travail mais on était peu payé.
Cette réflexion faites par de nombreux anciens travailleurs de l’usine Stella Matutina symbolise, y compris par sa pudeur, le regard qu’ils portent sur leur vie passée. Une vie de travail et parfois aussi de misère, de souffrances physiques et mentales, mais également de fierté et de dignité. Leurs regards sont multiples et leurs paroles diverses.