Les révélations du Grand Océan – Livre II et III – Le langage de la France

Jules HERMANN (Texte) – Nicolas GÉRODOU (Directeur de la réédition). Le corridor bleu. Essai. 2017 (1927). 9782914033725

En savoir plus
Nicolas GÉRODOU

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Continent englouti de la littérature indianocéanique, les Révélations du Grand Océan cartographient l’extraordinaire rêve éveillé que le Réunionnais Jules Hermann (1845-1924) aura poursuivi sa vie durant.
Le Langage primitif de la France et Le Langage moderne de la France, second et troisième livres des Révélations, reposent sur des principes que Pérec et tout l’Oulipo n’auraient pas reniés : après la sidérante cosmogonie du Livre I, les livres jumeaux II et III constituent une tentative délirante de dictionnaire universel. Scrutant le globe à la loupe, accumulant les rubriques consacrées aux noms de la carte du monde, qu’il traduit de la langue préhistorique grâce aux « merveilleux dictionnaires malgaches » des Révérends Pères de Bourbon, Hermann met au jour les bribes et les fragments d’un Grand Récit de l’Empire lémurien.
Comme dans la tradition malgache, chaque nom de lieu, loin de se contenter de désigner un point géographique, va tenter de le décrire et de le signifier par un pli de la langue magique : motivation secrète et comme proustienne des toponymes, qui fournissent les dernières traces d’une histoire des Préhistoriques. La découverte est enivrante pour l’auteur, qui voit proliférer sur le planisphère autant de micro-récits que de noms, et se met à lire la légende des Lémuriens, partis de Madagascar et de Bourbon à la conquête de la Gaule et du monde.
Partout les traces, attestées par les dictionnaires et les coïncidences par trop extraordinaires, de la colonisation planétaire des hommes du Grand Océan – jusqu’aux Gaulois d’Hermann, qui, ironie de l’histoire, parlaient la langue des ancêtres malgaches ! Et quand le récit se reflète lui-même dans un bonheur d’écriture, il se rapproche fort d’un poème sur le bout de la langue : « Russie, de rotsy, cuir (de Russie) »… À la manière du Glossaire, j’y serre mes gloses de Leiris, Le Langage de la France est à la fois une merveilleuse imposture littéraire et une déclaration d’amour au langage, un Grand Jeu analogique où les mythes se tissent d’eux-mêmes sous l’œil médusé de l’oncle Jules, qui s’empresse de retranscrire dans l’ivresse cette histoire invisible.
Édition établie par Nicolas Gérodou.

Paroles de kabary – Une anthologie de la parole à Madagascar

Collectif – Nicolas GÉRODOU. Éditions Poisson Rouge.oi. Poésie – Anthologie. 2016. 9791090588073

En savoir plus
Éditions Poisson Rouge.oi

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

Présentation de l’ouvrage
Une anthologie de la parole poétique à Madagascar
Véritable institution à Madagascar, le Kabary est une joute oratoire où les participants échangent les proverbes ohabolana issus de la tradition malgache. Ce tissage collectif de la parole poétique, trait commun des cultures de l’océan Indien, a été jadis popularisé par Jean Paulhan ou Jean-Joseph Rabearivelo.
Voilà un livre qui vous propose de voyager à la rencontre de ces trésors anonymes, porteurs d’une subtile sagesse. Une cinquantaine de proverbes traditionnels sont rassemblés dans la première partie, avec leur traduction française et, pour une dizaine d’entre eux, une version en kréol rényoné.
La deuxième partie du livre montre l’influence de cet art traditionnel sur la création poétique actuelle à Madagascar à travers une sélection de textes de poètes modernes et contemporains.
Les textes ont été rassemblés, et traduits du malgache si nécessaire, par Nicolas Gérodou. L’ensemble est ponctué d’un système d’ornement graphique inspiré des motifs de l’art du tatouage malgache et réalisé par la jeune plasticienne Chloé Robert.
Cet ouvrage a bénéficié d’une aide à la publication du dispositif d’aides aux entreprises culturelles de la Région Réunion.

Les révélations du Grand Océan – Livre V – Le préhistorique à l’île Bourbon

Jules HERMANN (Texte) – Nicolas GÉRODOU (Directeur de la réédition). Le corridor bleu. Essai. 2015 (1927). 9782914033497

En savoir plus
Le corridor bleu
Nicolas GÉRODOU

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Quand paraissent, trois ans après la mort de Jules ­Hermann, Les Révélations du Grand Océan, c’est le spectre flamboyant d’un écrivain hors norme qui s’apprête à hanter La Réunion, et révèle à la société coloniale de 1927 l’étendue du territoire imaginaire que le Président Hermann a arpenté sa vie durant : l’auteur s’est en effet employé pendant près de quarante ans dans le secret de son étude notariale à édifier une œuvre-monde, donnant naissance à un continent invisible, la Lémurie, que Malcolm de Chazal fera passer à la postérité, mais aussi à une stupéfiante ­reconstruction de l’histoire de la Terre, des langues et des hommes.
Tome après tome, Jules Hermann s’est en effet livré à une fabuleuse dérive scientifique, où les intuitions fulgurantes se mêlent ­intimement à des visions délirantes de planète copulant avec une ­comète, d’une humanité première et lémurienne partant depuis l’océan Indien à la conquête du globe, d’un continent englouti dont La Réunion, Maurice et Madagascar constitueraient les derniers ­vestiges émergés…
Les dernières années d’Hermann seront marquées par une ultime série de révélations, consignées dans Le Préhistorique à l’île Bourbon : scrutant la falaise de la Montagne Saint-Denis, Jules voit un jour ­apparaître des centaines de figures géantes sculptées dans la pierre, et en déduit que se dresse face à lui le grand temple de la civilisation lémurienne.
C’est ainsi que l’auteur des Révélations édifie à son insu un véritable chef-d’œuvre de littérature involontaire, dont la force de subversion reste d’une étonnante actualité, livrant avant l’heure les clefs fondamentales du discours réunionnais, et payant de sa vie cette sidérante révélation : Jules Hermann trouve la mort le crayon à la main, traçant une ultime esquisse, un dessin-suaire de ses extraordinaires visions de la Montagne.
Édition établie par Nicolas Gérodou.