L’année des cyclones

Carl DE SOUZA. Éditions de l’Olivier. Roman. 2018. 9782823612530. Sélection Grand Prix du Roman Métis 2018. Sélection Prix du Roman Métis des Lecteurs 2018. Sélection du Prix du Roman Métis. Prix littéraire Athena 2019 de la ville de Saint-Pierre

En savoir plus
Éditions de l’Olivier
Carl DE SOUZA

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Cette année-là, la maison des Rozell a résisté au passage dévastateur des cyclones, mais ses occupants ne s’en sont pas remis. Kathleen a quitté le domaine du Piton, abandonné son mari Hans à sa vie solitaire, et emmené leur fille Noémie loin de ce lieu maudit.
Hans, Noémie, Kathleen, chacun à leur manière, reviennent sur l’histoire familiale. La maison coloniale au milieu des champs de canne, un cadet rêveur, une fille au caractère trempé, un aîné brillant, un piano dans le salon, une exploitation sucrière promise à une belle prospérité avec l’arrivée de William Wright, un ingénieur à l’esprit original et séduisant…
Jusqu’au jour où William Wright est découvert à demi-mort dans son pavillon.
L’Année des cyclones est une saisissante saga familiale qui se déroule à l’île Maurice au siècle dernier : trois générations de Rozell y sont emportées par le souffle de l’Histoire, les passions et les sacrifices.

En chute libre

Carl DE SOUZA. Éditions de l’Olivier. Roman. 2012. 9782879298191

En savoir plus
Éditions de l’Olivier
Carl DE SOUZA

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
« Il faut que je me lève pour faire échec au sommeil et au duel dans lequel il me jette continuellement. Je réalise, durant les courts intervalles où la fièvre me laisse en paix, que cette rencontre, je dois la disputer hors de mon sommeil, et qu’elle me mettra aux prises avec l’enfant que j’étais. Il faut que je me lève pour suivre des yeux la grève jusqu’à la baie où s’est dressé le Don Diego, en réalité le Don Diego Fernandez, Golf & Spa, au milieu de bungalows qui semblent avoir été fabriqués en série à Bali, des voiles multicolores des dériveurs en attente sur une plage artificielle quotidiennement peignée, des paillotes, des dattiers transplantés. Il faut que je me lève parce que j’ai décidé de me mouvoir une demi-heure par jour. »
Jeremy Kumarsamy paye cher son entêtement. Handicapé suite à une blessure mal soignée, sous la menace d’une arrestation parce qu’il a agressé une autorité sportive, ce champion de badminton de niveau international a dû rentrer, après quinze ans d’absence, dans son pays d’origine, une ancienne colonie britannique. Reclus dans la maison de sa mère, il retrouve le fil de son enfance, et surtout d’un parcours chaotique fait de drames, d’échecs et de gloire.
Peu à peu se dessine le destin d’un jeune homme ambitieux, en butte aux turbulences politiques de son pays et à des enjeux sportifs qui le dépassent.

Ceux qu’on jette à la mer

Carl DE SOUZA. Éditions de l’Olivier. Roman. 2001. 9782879293080

En savoir plus
Éditions de l’Olivier
Carl DE SOUZA

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Le Ming Sing est immobile dans la baie. À bord, une centaine d’immigrants, affamés, sales et indifférents. Leur regard flou se perd dans la haute mer.
Tian Sen ne sait pas vraiment pourquoi il est parti, et ce doute le maintient en éveil : il observe et raconte leur voyage.
Cela fait des semaines, des mois, qu’il a quitté Kwan Chou. Sur le bateau, la vie s’est dégradée si vite. L’entassement et la mauvaise nourriture, la puanteur et la maladie. Et ce chef, Yap, qui ne cesse de hurler des ordres et des menaces, et leur fait miroiter des rivages qu’ils ne verront peut-être jamais…
Ceux qu’on jette à la mer s’interroge sur ce qui reste à ces êtres que l’exil dépouille inexorablement.

Les jours Kaya

Carl DE SOUZA. Éditions de l’Olivier. Roman. 2000. 9782879292571

En savoir plus
Éditions de l’Olivier
Carl DE SOUZA

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Île Maurice, février 1999. Un chanteur rasta est arrêté pour avoir fumé un joint en public. Sa mort en garde à vue, inexpliquée, provoque des émeutes d’une ampleur sans précédent. Tel est le contexte de ce récit surprenant, où la prose la plus réaliste plonge dans un monde d’images violentes et oniriques.
Ram et sa sœur, Santee, vivent avec leur mère dans un village hindou. Ce jour-là, Ram ne rentre pas. Santee part à sa recherche dans la « grande ville », Rose-Hill. Au cours de son errance, envoûtée par les détonations, les cris, le chaos, elle s’enfonce dans la nuit. Et dans le monde des adultes.
Au-delà des tensions ethniques, dont il trace le diagramme avec précision, Carl de Souza serre au plus près l’humanité de ces êtres abandonnés de tous et nous fait accéder à un monde qui ne connaît plus de limites.