Archives de catégorie : La Réunion (France)

Grand livre d’or de la poésie réunionnaise d’expression française des origine à nos jours – Anthologie

Collectif – Gilbert AUBRY – Michel BENIAMINO – Agnès GUENEAU – Jean-Claude CARPANIN MARIMOUTOU – Jean-François SAMLONG – Serge YCARD. Conseil général de La Réunion. Poésie. 1990. 9782908343007

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

Présentation
Anthologie de la poésie réunionnaise d’expression française des origine à nos jours.
Préface et texte intitulé Pourquoi une poésie réunionnaise ? par Michel Beniamino
Les auteurs
– Isabelle HOARAU pour Mariage avec la mer et Fantasme

Contes de l’île de La Réunion

Isabelle HOARAU (Texte) – Antoine VANDEVELDE (Illustrations). Azalées Éditions. Album jeunesse. 1989 – Réédition 2001. 9782913158344

Présentation de l’auteur
Un voyage à travers l’île pour découvrir les contes des origines des lieux mythiques de La Réunion, inspiré par l’histoire et le métissage de l’île.

Étuves suivi de L’esclave des nègres

Emmanuel GENVRIN. Théâtre Vollard. Théâtre. 1988

En savoir plus
Théâtre Vollard

Acheter
Théâtre Vollard

4ème de couverture
À l’île Bourbon, en 1794, des comédiens veulent monter L’Esclavage des Nègres d’Olympe de Gouges, une comédie abolitionniste qui sent le souffre. Ils s’entraînent aux ” étuves “, un local qui abrite aussi l’assemblée coloniale. Ils sont rejoints par les comédiens noirs du Téat Zanzibar. Mais la Révolution dans l’île tourne court et les esclaves ne sont pas affranchis.
« Symboliquement l’action d’Étuves se passe au Grand Marché (comme Garson de Pierre-Louis Rivière…), authentique lieu de théâtre et d’assemblée coloniale pendant la Révolution. La pièce raconte la naissance d’une troupe métisse. J’avais engagé Hervé Mazelin, qui réalisera pour nous la première d’une série exceptionnelle de scénographies : Lepervenche, Millenium, Carousel… Térésa Small, venue avec lui de métropole, créera des costumes qui permettront aussi un saut qualitatif. Une fête républicaine se jouait dans les jardins. Pour la première fois dans un spectacle de Vollard on pouvait manger un kari. Étuves attira la grande foule. Karine Techer, la fille d’Augustine Touzet, interpréta Mirande. Plus tard, Yaëlle, la fille de Jean-Luc Trulès, allait aussi jouer à Vollard. Elle avait l’âge de la troupe. »
Emmanuel Genvrin

Run Rock

Emmanuel GENVRIN. Théâtre Vollard. Théâtre. 1988

En savoir plus
Théâtre Vollard

Acheter
Théâtre Vollard

4ème de couverture
En 2050, un volcan surgit au sud de l’océan Indien. Le site est interdit par la gendarmerie mais un premier groupe, autour du rasta Cimarron, réussit à s’établir, bientôt rejoint par une famille de colons, les Payen.
« J’avais achevé le texte en janvier 1987, quelques semaines avant le lancement d’une pétition pour le maintien de Vollard au Grand Marché. Nous étions littéralement sous pression, avions ” occupé ” le théâtre pendant les répétitions et l’autorisation de jouer n’était arrivée qu’à la veille de la première ! Je voulais décrire les comportements des Réunionnais en Afrique, en Nouvelle-Calédonie et surtout à Madagascar où une expérience d’implantation d’agriculteurs à la Sakay avait mal fini. Baguette (taille : 2 m 10) joua aux côtés d’Arnaud Dormeuil (taille : 1 m 40), Laurent Segelstein peignit les décors et Jean-Luc Trulès composa une partition rock dont des extraits sont encore aujourd’hui au répertoire de Tropicadéro. Cette année-là, une éruption volcanique agrandit La Réunion d’une dizaine d’hectares. À qui appartenaient ces terres nouvelles de la Pointe de la Table ? Étaient-elles françaises ? Le Théâtre Vollard se les appropria et les distribua à son public. À chaque représentation de Run Rock, un tirage au sort attribuait aux spectateurs un morceau de lave et un titre de propriété. Une journée de « prise de possession » eut lieu le 1er juin 1987 avec levée des couleurs (empruntées aux pompiers de Saint-Denis !), pique-nique républicain, construction d’un poste de douane, d’une stèle et pose de la première pierre du Centre dramatique de La Réunion ! Ce style de spectacle était trop dépendant d’un fonctionnement de compagnie. Après 1987, les comédiens permanents deviendront intermittents du spectacle et permettront d’élargir la distribution. En 2001 la pièce est reprise par des jeunes de l’association Icare de Saint Pierre. »
Emmanuel Genvrin

Le peintre et la rose

Isabelle HOARAU (Texte) – Jean-François IZARD (Illustrations). Orphie. Album jeunesse. 1988

Présentation de l’auteur
Un peintre recherche la perfection à travers ses œuvres, mais celle-ci le fuit jusqu’à ce qu’enfin, elle le visite dans ses rêves, et lorsqu’il arrive à sa dernière peinture, elle est là sous son pinceau, lui offrant une merveilleuse surprise.