Chinois et Indo-musulmans de La Réunion (1870-1905) – Les balbutiements de l’immigration libre et volontaire à la fin du XIXe siècle

Zakaria MALL. Éditions universitaires européennes. Documentaire. 2012. 9786131518461

En savoir plus
Éditions universitaires européennes

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Les historiens ont souvent contribué à exhumer l’Histoire de l’immigration forcée (esclavage) et de l’immigration semi-forcée (engagisme) en terre réunionnaise alors que l’immigration libre et volontaire a retenu une attention plutôt éparpillée. Cette contribution sert à rendre justice à cette catégorie de migrants qui a permis de changer la donne à la fin du XIXe siècle, dans une société réunionnaise bipolaire, rigide et guindée. L’arrivée des migrants chinois et indo-musulmans à l’île de La Réunion est la conséquence d’une décision mûrement réfléchie de l’Administration coloniale. Le 12 juin 1862, dans une colonie en pénurie de bras, elle décide d’ouvrir gaiement ses portes. C’est ainsi que des immigrants libres font leur apparition : Chinois provenant du Sud-est asiatique et Indo-musulmans du Gujerat. Cet ouvrage est constitué d’une analyse méthodique des réactions et du comportement des migrants libres et volontaires, dans un milieu plutôt hostile, à la fin du XIXe siècle.

Histoire des fêtes commerciales à la Réunion (1965-1983) – Emergence et diffusion d’une exception locale

Zakaria MALL. Éditions universitaires européennes. Documentaire. 2011. 9783841785619

En savoir plus
Éditions universitaires européennes

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
L’étude des fêtes commerciales en terre réunionnaise, de la commémoration du Tricentenaire du peuplement de 1965 à la commémoration officielle de l’abolition de l’esclavage de 1983, révèle concrètement la révolution discrète que connaît l’île de La Réunion durant cette période. 1965 marque l’entrée de l’île dans une phase d’accélération de son développement matériel. Elle est due en grande partie à la bataille politique que mène deux groupes antagonistes : les départementalistes et les autonomistes. Ainsi, la naissance de ces fêtes trouve ses origines dans la stratégie politique des partisans de l’inscription totale de La Réunion dans la France car elles servent de prétexte à l’affermissement de la construction d’une mentalité politique loyale à l’intégration. Puis, sur un temps plus ou moins court, ces fêtes se sont propagées à l’ensemble des grandes villes d’une île dont la superficie n’excède pas les 2512 km². Cette contribution tente de faire connaître une manifestation peu étudiée et donne quelques clés pour comprendre l’évolution des mentalités dans la société réunionnaise de la deuxième moitié du XXe siècle.