Kanyar – Numéro 8

Joëlle BRETHES – Estelle COPPOLANI – Emmanuel GÉDOUIN – Emmanuel GENVRIN – Nathalie HERMINE – Jocelyne LE BLEIS – Julie LEGRAND – Xavier MAROTTE – Isabelle MARTINEZ – Marie MARTINEZ – Johary RAVALOSON – Ophélie SAUTRON – Gauthier STEYER – Nathalie VALENTINE LEGROS. Kanyar. Nouvelles. 2021. 9782956319344

En savoir plus
Kanyar
Joëlle BRETHES
Emmanuel GENVRIN
Nathalie HERMINE
Jocelyne LE BLEIS
Julie LEGRAND
Isabelle MARTINEZ
Johary RAVALOSON
Ophélie SAUTRON

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

Présentation de l’éditeur
Le numéro 8 de Kanyar est paru en avril 2021.
Sous une couverture signée Maca Rosée, retrouvez ses fidèles auteurs et autrices : Estelle Coppolani, Emmanuel Gédouin, Emmanuel Genvrin, Nathalie Hermine, Julie Legrand, Jocelyne Le Bleis, Nathalie Valentine Legros, Xavier Marotte et Marie Martinez. Et pour la première fois : Isabelle Martinez, Johary Ravaloson, Gauthier Steyer, Joëlle Brethes et Ophélie Sautron.
Dans ce numéro 8 de Kanyar, on vous raconte des histoires d’arbres qui dansent, de végétation oppressante ou providentielle, de sangliers en furie, de poissons multicolores, d’objets qui ont une autre vie… On y côtoie des Gilets jaunes, une factrice déchaînée, des ouvriers en usine, une mère en fuite, des guetteurs d’Ovnis, une nageuse en thérapie, des individus maléfiques, un plongeur émerveillé, des kanyars qui traficotent, un enfant qui apprend à lire, une romancière fantasque, un chœur en marche, un chanteur qui casse un peu les oreilles et l’été indien qui promet éternellement d’aller où on voudra quand on voudra.
Illustration de couverture : Maca Rosée

Nouvelles
Joëlle BRETHES avec Le sac de Maryline
Estelle COPPOLANI avec La translation divine
Emmanuel GÉDOUIN avec Nettoyer les sous-bois
Emmanuel GENVRIN avec Nibiru
Nathalie HERMINE avec Coquecigrue
Jocelyne LE BLEIS avec Le bal du gouverneur
Julie LEGRAND avec L’offrande
Xavier MAROTTE avec Soraora
Isabelle MARTINEZ avec Petits battements
Marie MARTINEZ avec Dans la vraie vie
Johary RAVALOSON avec Court circuit
Ophélie SAUTRON avec Cinq minutes avant son réveil
Gauthier STEYER avec La mer
Nathalie VALENTINE LEGROS Quelque chose d’un ange

Nathalie HERMINE

Auteure

 Site de Nathalie Hermine 
 marie.nathalie.hermine@gmail.com 
 Consultez les dédicaces

D’abord journaliste et éducatrice, Nathalie Hermine, née à Saint-Denis, intègre l’éducation nationale et enseigne le français. Personnel de direction depuis 2014, elle exerce dans la Loire et la Marne. Elle rentre à La Réunion en 2021.
Elle est l’auteur du roman Voleur chemin (Editions Grand Océan, 2002). Avec ce texte, elle prend part, en 1998, à la première édition du concours littéraire organisé par le Conseil général de La Réunion, à l’occasion du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Un texte dont les toutes premières lignes avaient vu le jour au début des années 1990, dans le cadre d’un atelier d’écriture.
Après une longue période de non-publication, son recueil de nouvelles Ma plus grande douleur sera de ne pouvoir te secourir est publié début 2021 (Editions Poisson Rouge OI). Il fait partie des finalistes du Prix Boccace, décerné à Saint-Jean-de-Braye, près d’Orléans, en mai 2021.
Nathalie Hermine participe par ailleurs à la revue Kanyar. Sa nouvelle Aziz s’est glissée dans le numéro 7, suivie de Coquecigrue » dans le numéro 8.
Elle aime les mots, les dictionnaires, la recherche documentaire.
Elle aime le créole et le français.
Elle aime la calligraphie, la photographie, les beaux stylos, le chocolat au lait et… son clavier d’ordinateur.

Ma plus grande douleur sera de ne pas pouvoir te secourir (4ème de couverture du dernier ouvrage)
Quelle phrase énigmatique ! La plus grande de toutes les douleurs serait donc de ne pouvoir remédier à celle de l’autre, à celle d’un très proche même, et qui vous a meurtri… Dans cette citation d’Evariste de Parny, il s’agit d’une fille qui parle à sa mère, une mère qui vient de la vendre en esclavage.
Le ton de ces six nouvelles est ainsi donné, la douleur est toujours en fond de tableau, douleurs anciennes et présentes, mémoires blessées qui se reconnaissent, qui génèrent parfois des comportements étranges. La plupart de ces histoires ont l’île de La Réunion pour ancrage, plusieurs vont et viennent entre métropole et monde colonial.
Six nouvelles
100 francs CFA
De l’ordre sił vous plait
Hébron
Taque baro, Liline
Le verbe se fit chair
Ombres chinoises

Manifestations
Consultez les dédicaces

02/05/2021

Ma plus grande douleur sera de ne pas pouvoir te secourir

Nathalie HERMINE. Éditions Poisson Rouge.oi. Nouvelles. 2021. 9791090588301

En savoir plus
Éditions Poisson Rouge.oi
Nathalie HERMINE

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Quelle phrase énigmatique ! La plus grande de toutes les douleurs serait donc de ne pouvoir remédier à celle de l’autre, à celle d’un très proche même, et qui vous a meurtri… Dans cette citation d’Evariste de Parny, il s’agit d’une fille qui parle à sa mère, une mère qui vient de la vendre en esclavage.
Le ton de ces six nouvelles est ainsi donné, la douleur est toujours en fond de tableau, douleurs anciennes et présentes, mémoires blessées qui se reconnaissent, qui génèrent parfois des comportements étranges. La plupart de ces histoires ont l’île de La Réunion pour ancrage, plusieurs vont et viennent entre métropole et monde colonial.
Six nouvelles
100 francs CFA
Nadine revient chez sa mère dans les Hauts de La Réunion après six d’absence. Les sensations reviennent, les souvenirs remontent d’une époque où il fallait « trape la lune ek les dents », vivre l’infâme et malgré tout progresser.
De l’ordre s’il vous plait
Rejeton d’une double lignée coloniale de bâtisseurs d’industrie, finalement ruinés, Hadrien s’est faché avec sa mère. En visitant l’ancienne usine, il s’effondre en pleurs devant les injonctions de simples plaques d’émail, résurgences du monde disciplinaire qu’il a connu enfant. Parti à La Réunion en touriste, il trouve une île en ébullition et se laisse fasciner par la jeunesse insurgée.
Hébron
Une jeune femme musulmane originaire de La Réunion est Volontaire pour la paix à Hébron. Il s’agit de se tenir aux cotés des Palestiniens dans cette ville dont le centre est occupé par les colons israéliens. Au rythme des couvre-feux et des check-point, la peur s’installe, la volonté s’épuise.
Taque baro, Liline
Le vieux monsieur Moutou est aux urgences, il a attrapé le chikungunya lors d’une sortie dominicale. Déboussolés, les médecins entrouvrent la porte aux tisaneurs tandis que la gendarmerie fait la chasse à l’eau stagnante. Ce n’est certainement pas dans la cour des Moutou qu’ils vont en trouver. Et Micheline Moutou leur ferme la porte au nez. L’élégante Malbaraise qui règne sur le club de troisième âge vacille à l’annonce du décès de son mari, subitement cernée d’une nuée d’uniformes bleus.
Le verbe se fit chair
Une jeune archéologue intervient sur l’archéologie de l’esclavage colonial au musée du quai Branly. Elle introduit son propos par la chanson IX du recueil des Chansons madécasses. Émue, elle raconte comment le cyclone Gamède a exhumé des ossements humains près du cimetière marin de Saint-Paul et comment la vénération pour les morts trouble les fouilles archéologiques.
Ombres chinoises
Malia et Lou sont amies depuis le lycée, étudiantes en art, elles créent au gré des évènements. Du mémorial de l’abolition de l’esclavage à Nantes à la prison Juliette Dodu de Saint-Denis de la Réunion, en passant par le festival Pan de mur de Roanne, elles poursuivent leurs projets. De rencontres en révélations l’oeuvre avance mais leur amitié se fracasse finalement sur la violence de la performance artistique.

Kanyar – Numéro 7

Estelle COPPOLANI – Emmanuel GÉDOUIN – Emmanuel GENVRIN – Nathalie HERMINE – Jocelyne LE BLEIS – Julie LEGRAND – Xavier MAROTTE – Marie MARTINEZ – Monique MERABET – Sergueï NOSSOV – Stéphanie RIVIÈRE – Edward ROUX – Nathalie VALENTINE LEGROS (Texte) – Natacha ELOY (Couverture). Kanyar. Nouvelles. 2020. 9782956319337

En savoir plus
Kanyar
Natacha ELOY
Emmanuel GENVRIN
Nathalie HERMINE
Jocelyne LE BLEIS
Julie LEGRAND
Monique MERABET

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

Présentation de l’éditeur
Le numéro 7 de Kanyar, la revue de nouvelles, est sortie de l’imprimerie mais reste pour l’instant confinée.
En attendant, voici quelques informations.
Sous une couverture haute en couleurs signée Natacha Eloy, retrouvez ses fidèles auteurs : Emmanuel Gédouin, Emmanuel Genvrin, Julie Legrand, Nathalie Valentine Legros, Xavier Marotte, Edward Roux (et moi-même).
Découvrez aussi de toutes nouvelles autrices natives ou installées à La Réunion : Estelle Coppolani, Stéphanie Rivière, Nathalie Hermine, Jocelyne Le Bleis, Monique Mérabet…
Donc un numéro largement féminin.
Enfin, la belle surprise du numéro est une nouvelle russe de Sergeï Nossov, traduite par Polina Petrouchina, où l’on se rend compte que les écrivains russes ont droit aux mêmes questions improbables de journalistes et de lecteurs.
Dans Kanyar, on vous raconte des histoires, d’hier ou d’aujourd’hui, d’ici ou d’ailleurs, de La Réunion et du monde entier qui l’entoure, avec ce voyage en Russie mais aussi à Marseille, Lyon, sur le mont Ventoux, et dans des pays totalement imaginaires.
Marie Martinez.
Illustration de couverture : Natacha Eloy.

Nouvelles
Estelle COPPOLANI avec La table aux anthuriums
Emmanuel GÉDOUIN avec Nuit noire
Emmanuel GENVRIN avec La sirène de Saint-Gilles
Nathalie HERMINE avec Aziz
Jocelyne LE BLEIS avec Courses à la Redoute
Julie LEGRAND avec Allées des songes, orages d’été
Xavier MAROTTE avec Le manège d’Orèbe
Marie MARTINEZ avec Orage
Monique MERABET avec La Chapelle Saint-Thomas
Sergueï NOSSOV avec Полтора Кролика / Un lapin et demi
Stéphanie RIVIÈRE avec Destins croisés
Edward ROUX avec Le rien et plus
Nathalie VALENTINE LEGROS avec Pour tous les Mozambo de la Terre