Albert DÉGARDIN

Auteur et conteur

 albertdegardin47@gmail.com
 Consultez les dédicaces

Albert Dégardin pousse son premier cri en 1947 entre Artois et de Picardie.
La houle qui nous porte le dépose, en 2004 à La Réunion. Il y publie 8 cadavres pour Noël (ARS Terres Créoles, 2015), fantaisie historico-policière dont l’action parcourt la ville de Saint-Denis fin 1845.
Entre temps on l’entend à Graulhet (Tarn) sur radio Val Dadou. Il participe aux Printemps du livre de Graulhet (1986 et 1987), aux écritures-performances de Wez-Velvain (Brunehaut, Belgique, 2001-2003 Maison de la Scribande).
Il est des rencontres Écrire en Mai de Bages (Aude 2003), des ateliers d’écriture de la médiathèque de Mazamet (Tarn), des résidences d’auteurs du moulin de Brousse et du village du livre de Montolieu près de Carcassonne.
À La Réunion, il fréquente les ateliers et résidences d’auteurs du Moca (2016, 2017, 2018). Lecteur de contes et de textes inédits, il intervient sur invitation du Comité réunionnais de l’Association Valentin Haüy (soutien aux déficients visuels et diffusion des productions de la bibliothèque sonore nationale) au Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (2017).
Il participe à l’appel à écritures d’Indianocéanie COI 2018 avec un texte sélectionné intitulé L’œil de la Fournaise.
Il rédige des essais et recherches dont Chiffre noir des violences conjugales – Île de La Réunion 2010-2013 en 2013.
Il écrit aussi des textes courts dans des recueils et bulletins collectifs comme Ali de Maza Grande ou la rue Mazagran dans Écrire le patrimoine – Histoire des mille et une rues de Saint-Denis, décembre 2013.
Il publie 8 cadavres pour Noël chez ARS Terres Créoles en 2015. Ce roman est une « fantaisie historico policière dont l’action parcourt la ville de Saint-Denis en l’an 1845 ». La suite et l’adaptation (scripts et découpages) sont en cours pour une BD dont le 1er tome est annoncé à paraître en octobre 2020.
Il signe des nouvelles :
Entre-Mères fortement inspiré des Hauts de l’Est réunionnais, forêt Dugain et du Dioré dans L’Encrier Renversé – N° spécial 81 – Nouvelles de La Réunion et de l’océan Indien, automne 2018 ;
Le chapeau de Dieu qui est dans la sélection du Concours de Textes – À haute voix 2018 – Revue littéraire Le Traversier ;
Laissons passer la joëlette et Les Salazes, 2 textes inspirés du patrimoine réunionnais de Mafate qui confirment la vigueur grandissante de ses liens avec l’île de La Réunion dans Le Traversier – N° 29 – On ne mesure sa chance qu’a posteriori, mars 2019 ;
Fête native dans Le Traversier – N° 30 – Jour de fête, juin 2019 ;
L’estran des lions de Chine dans Le Traversier – N° 31 – Spleen, septembre 2019.
Kabar à l’anse des cascades dans Le Traversier – N° 32 – … et après…., décembre 2019.
Heureux vertige, Le Traversier – N° 34 – Vertige, juin 2020
Un job d’été, Le Traversier – N° 35 – L’enfer est pavé de bonnes intentions, septembre 2020
Du Dieu, du Diable et du Baobab dans Le Traversier – N° 37 – Membres pas peur, mars 2021
le Traversier – N° 40 – L’espace d’un instant, décembre 2021
En 2021, la maison d’édition réunionnaise Des Bulles dans l’Océan publie Bagage rouge – Tome 1 – Polka Bourbon avec Albert DÉGARDIN pour le scénario et Carlo Verlardi pour les couleurs et dessin. À paraître en mai 2021 (extrait de Bagage rouge – Tome 1 – Polka Bourbon).

Voir la présentation de son travail

Bagage rouge – Tome 1 – Polka Bourbon (4ème de couverture du dernier ouvrage)
Décembre 1845. Saint-Denis de Bourbon. La société coloniale pétrie de contradictions s’étourdit d’une danse nouvelle venue d’Europe: la polka.
Mais se déchire à propos des lois Mackau : chaque homme ou femme de la colonie pourra acquérir sa liberté. Chacun a droit désormais quelque soit sa naissance à un nom chrétien et à l’éducation que lui dispensera l’Église sous l’autorité bienveillante des maîtres par la grâce de Dieu et par la volonté de Louis-Philippe Roy des Français. Le Gouverneur Bazoche se doit de faire appliquer la loi. Les maîtres protestent. Leurs représentants quittent en bloc le Conseil colonial. Le clergé est partagé.
17 décembre : une procession apparaît sur les hauteurs de Saint-Denis. Peu après son passage un « porteur la vierge » est trouvé mort, puis deux autres le lendemain dans les jardins du Palais Législatif. Pas de témoins. Peu d’indices. Une rumeur circule : celle d’un Homme à bagage rouge impliqué dans cette étrange affaire.
Brigadier Chef Léonius et son adjoint Boniface tentent de remonter cette piste. Ils vont de surprise en surprise à la poursuite de ce suspect : un Homme au bagage rouge aussi insaisissable que discrètement connu des maîtres et des notables….

Manifestations
2021 Cyclone BD – Festival international du livre et de la bande dessinée (Saint-Denis de La Réunion)
2021 Salon de la culture et de l’identité réunionnaise (Saint-Denis de La Réunion)
2021 Salon des auteurs et éditeurs péi (Saint-Paul – La Réunion)
2019 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)
2019 L’Est lire – Festival livre et nature (La Plaine-des-Palmistes – La Réunion)
2018 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (Saint-Leu – La Réunion)
2017 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)

Consultez les dédicaces

15/02/2018

Le traversier – N° 40 – La fuite du temps

Collectif. Le traversier. Nouvelles. Décembre 2021

En savoir plus
Le Traversier
Albert DÉGARDIN

Le mot du président
Dix ans déjà !
Une décennie de traversées littéraires et d’escales thématiques riches et variées.
Un grand merci aux auteurs qui animent cette revue. Elle n’existerait pas sans leur imaginaire et leur élan qui nous propulse sur la crête d’une vague puissante et renouvelée.
Ma reconnaissance va aussi à l’équipage du Traversier, maintenant fortement amariné : Marie-France Leclercq, Maryse Perrot, Peggy Malleret, Arlette Millard et tout particulièrement à notre illustrateur, Serge Dutfoy, notre « Peintre Officiel de Marine » toujours inspiré, monté à bord à la cinquième escale .
Je n’oublie pas celle et ceux qui ont participé au lancement : Monique Babin pour ses cours de matelotage, Pascal Perrat, éveilleur d’idées, François Nugues, architecte déterminé.
Ont également embarqué les membres de l’Association Valentin Haüy, en tant qu’auditoire et jury final de notre Concours de textes « A haute voix ». Grâce soit rendue à leur écoute attentive et à leur gentillesse.
À bord, point de mutinerie ni de Capitaine Bligh, juste le bon cap pour de nouvelles découvertes brèves mais intenses.
En nous souhaitant bon vent et belle mer, je terminerai par cette citation au frontispice de notre site :
« Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire ; elles le submergent quelquefois, mais sans elles il ne pourrait voguer. » Voltaire.

Les auteurs
Monique Babin – Laurent Boudinot – Anthony Boulanger – Arnaud Bourillet – Ghislaine Cassiat – Albert Dégardin – Serge Dutfoy – Mounir El Garès – Brice Gautier – Claire Hallier – Elise Junius – Marie-France Leclercq – Jean-Pierre Leroy – Peggy Malleret – Bernard Marsigny – Maryse Perrot – Bertrand Ruault – Anne Vacquant – Julien Villefort
Albert DÉGARDIN avec L’espace d’un instant

Bagage rouge – Tome 1 – Polka Bourbon

Albert DÉGARDIN (Scénario) – Carlo VELARDI (Dessins et couleurs). Des Bulles dans l’Océan. BD. 2021. 9782919069835

En savoir plus
Des Bulles dans l’Océan
Albert DÉGARDIN

Acheter
Le Repaire de la Murène
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Décembre 1845. Saint-Denis de Bourbon. La société coloniale pétrie de contradictions s’étourdit d’une danse nouvelle venue d’Europe: la polka.
Mais se déchire à propos des lois Mackau : chaque homme ou femme de la colonie pourra acquérir sa liberté. Chacun a droit désormais quelque soit sa naissance à un nom chrétien et à l’éducation que lui dispensera l’Église sous l’autorité bienveillante des maîtres par la grâce de Dieu et par la volonté de Louis-Philippe Roy des Français. Le Gouverneur Bazoche se doit de faire appliquer la loi. Les maîtres protestent. Leurs représentants quittent en bloc le Conseil colonial. Le clergé est partagé.
17 décembre : une procession apparaît sur les hauteurs de Saint-Denis. Peu après son passage un « porteur la vierge » est trouvé mort, puis deux autres le lendemain dans les jardins du Palais Législatif. Pas de témoins. Peu d’indices. Une rumeur circule : celle d’un Homme à bagage rouge impliqué dans cette étrange affaire.
Brigadier Chef Léonius et son adjoint Boniface tentent de remonter cette piste. Ils vont de surprise en surprise à la poursuite de ce suspect : un Homme au bagage rouge aussi insaisissable que discrètement connu des maîtres et des notables….

Télécharger la présentation

Le traversier – N° 37 – Même pas peur

Collectif. Le traversier. Nouvelles. Mars 2021

En savoir plus
Le Traversier
Albert DÉGARDIN

Éditorial de Christophe Pascal
Je suis sûr que vous l’avez déjà entendue… Si, si ! Faites un petit effort de mémoire : cela devait être, au moins pour la première fois, en école primaire dans la cour de récréation. Vous en souvenez-vous maintenant ? Oui, c’est ça… le caïd menaçant un plus petit que lui, qui à son tour lui jette à la face avec un aplomb insolent : « Même pas peur ! »
Cette expression enfantine, qui s’est glissée dans le langage adulte, fait sourire de prime abord et réfléchir tout de suite après, tellement son contenu est humainement riche. « Même pas peur », la réponse manifeste à une personne ou à une situation qui prétend (et qui souvent réussit à) nous intimider… L’expression est d’ailleurs devenue la réponse spontanée à tous ceux qui s’attaquent aux libertés individuelles de manière abjecte ; que l’on se souvienne du nombre de fois où, de manière sciemment puérile, elle a été employée à la suite des attentats terroristes de 2015.
« Même pas peur », bravade ou courage ? Dans le premier cas, on imaginerait bien ces mots sortir de la bouche d’un matamore comme Tartarin de Tarascon, dans le deuxième de celle du fier et impétueux Cyrano de Bergerac. Qu’elle marque une tentative, plus ou moins maladroite, de reprendre prise dans un contexte stressant ou la plus insensée des témérités, la formule exprime dans tous les cas de figure un refus catégorique de céder à l’arbitraire. Elle représente aussi un défi lancé non seulement au destin mais aussi et avant tout à soi-même. En somme, ce sont trois petits mots sortis tout droit de l’enfance, dont le succès réside dans leur capacité à rendre compte d’une multitude de situations humaines, réelles comme imaginaires.

Les auteurs
Albert DÉGARDIN avec De Dieu, de Diable et de Baobab

Le traversier – N° 34 – Vertige

Collectif. Le traversier. Nouvelles. Juin 2020

En savoir plus
Le Traversier
Albert DÉGARDIN

Éditorial de Patrick Uguen
« O Mort, vieux capitaine, il est temps ! levons l’ancre !
… Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?
Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! »*
Le vertige : certains ne le connaissent pas, voire même, le réclament, ce creux paradoxal au fond de l’estomac d’angoisse et de désir. Ce n’est pas tant la hauteur, d’aucuns s’effraient d’un tabouret, que la perte du repère, l’apparition de l’inconnu et de son vide qui nous saisit dans le vertige :
– c’est la crainte de ne plus discerner, si loin, tout en bas, la terre disparue. Nos jambes flageolent : il nous faut redescendre ou bien reculer,
– c’est la chaine qui nous retient aux veilles des adieux à nos heures familières : l’affolement du cœur aux battements d’un cil, le tremblement des doigts sur la page qu’on ne sait pas remplir. Et nous refermons nos lèvres et nos stylos.
– c’est, plus terrible, l’effroi du vide de la mort inattendue qui tue l’être cher et tout le cher passé : les portes d’airain qui s’ouvrent et qui descellent nos remparts et rongent nos étais. C’est le gouffre pandémique, l’attente de quelqu’un qui ne reviendra pas.
Mais, revenons à une moindre échelle. Il semblerait que la peur soi salutaire : dans l’évolution, elle serait l’alarme interne qui nous alerte d’un danger…Alors de quoi nous prévient le vertige ? D’une chute possible ? Et nous voilà tétanisés !
Mais, si nous changeons de perspective, le vertige devient la peur de monter trop haut et non celle du vide. Soyons immodeste : de notre tabouret aux falaises d’Etretat, équilibristes entre deux néants, longeons les précipices, grimpons les sommets : ça n’est qu’en avançant que la chute sera moins dure.

*Le voyage, Baudelaire, in Les fleurs du mal 1859

Les auteurs
Monique BABIN
Ghislaine CASSIAT
Albert DÉGARDIN avec Heureux vertige
Alain LAFAURIE
Marie-France LECLERCQ
Marie-Thérèse LEFORT
Michel LEGRAND
Peggy MALLERET
Pierre MANGIN
Bernard MARSIGNY
Arlette MILLARD
Maryse PERROT
Jean-Philippe RICARD
Bertrand RUAULT
Tom SAJA
Patrick UGUEN