Vincent CONSTANTIN

Auteur

 vincent.constantin@orange.fr

Vincent Constantin est quelqu’un de discret. Au fil de ses textes on peut rassembler quelques bribes de sa biographie. Il avait huit ans quand l’homme coq a défrayé la chronique, il est donc né vers 1980 et il a grandi Saint-Louis.

Il  écrit des nouvelles en créole réunionnais qu’il traduit ensuite en français. Les textes qu’il met en exergue de ses nouvelles montrent son intérêt pour la littérature des Caraïbes et de l’Amérique latine. Le roman Pedro Páramo de Juan Rulfo avec sa poésie, sa violence et ses âmes errantes, a été pour lui une lecture marquante. Il a aussi de solides références religieuses. Catholique assumé, il cite la bible mais s’intéresse aussi aux différents rites existants dans l’île.

Il vit aujourd’hui à Saint-Pierre où il exerce le métier de boucher. Les paysages et lieux remarquables du Sud de l’île jouent un rôle essentiel dans ses nouvelles. Les textes Rivièr noir, Mové zam, Lom-kok, Rouz siklone et Lo zo dann vavang sont remarqués par le jury du concours littéraire Lankréol en 2016 et en 2017.

Lom-kok – L’homme-coq – Huit nouvelles bilingues (extrait de la nouvelle Lo zo dann vavang – Les os vagabonds dans le recueil Lom-kok, p. 40.)

Version originale en créole : « Dopi in sèrtin tan, mi oi lo mor dann mon rèv. Zot kor lé an zosay, zot figir lé an diab, zot bous i kim, é kan zot i kri, zot kro i briy dann la nuit. Dann mon li, mi bouz in bonpé, mi kri, mi transpir. Lé si tan tèlman for mi gingn pi dor koté mon madam. Moin la koz sa èk dévinèr. Li la done amoin in priyèr pou pèr Jean, in névèn èk in tizane. Mé la dovni pli pir ankor. Bann mor i rant an bébèt, i rant an danzéré dann mon rèv. La zourné, mi mazine azot. É si mi fèrm mon zié, mi oi banna an grèn dofé dovan moin. I fatig amoin bonpé, i done lanvi suiv la tras mon papa, mon dada èk mon garson. É la vi té i fatig amoin déza. Kan mi sar rant dann simitièr, mi voudré noiy dann la tèr pou fini èk tou sa la. Dévinèr la di lé la tèr simitièr i kri dann mon rèv, lé bann zansèt i rod pou aral amoin dann péi anba. Moin la di èk li lété pétèt mon papa, mon dada èk mon garson. Li la trap in pongné la tèr simitièr. Navé la sann zansèt dédan. Aforstan antèr lo mor si lo mor, aforstan savir la tèr, lé blizé la sann gramoun i romont anlèr. Donk, li la trap in pongné la tèr, é li la larg sa dovan moin. Olèrk tonb dirèk atèr, la désand é, mèm tan, la tourn troi foi otour d’moin. Dévinèr la di : ” Lé pa out papa, out dada oubien out garson ; lé bann zansèt i vé out kor pou zofrand. »

Traduction en français : « Depuis un certain temps, je vois des morts dans mes rêves. Leurs corps sont squelettes, leurs visages sont diaboliques, leurs bouches écument, et quand ils crient, leurs crocs brillent dans la nuit. Dans mon lit, je m’agite beaucoup, je crie, je transpire. C’est tellement fort que je ne peux plus dormir aux côtés de ma femme. J’en ai parlé au devineur. Il m’a donné une prière pour père Jean, une neuvaine et une tisane. Mais mon état a empiré. Les morts entrent, diaboliques et féroces, dans mes rêves. Je pense à eux la journée et si je ferme les yeux, je les vois enragés devant moi. Ça me fatigue beaucoup et me donne envie de suivre les pas de mon papa, de mon dada et de mon fils. Quand ils ont disparu la vie me fatiguait déjà. Je vais entrer dans le cimetière et je voudrais me noyer dans la terre pour en finir. Le devineur a dit que c’est la terre du cimetière qui crie dans mes rêves, que ce sont les ancêtres qui cherchent à m’emmener dans le pays d’en bas. Je lui ai dit que c’était peut être mon papa, mon dada et mon fils. Il a pris une poignée de terre du cimetière qui contient des cendres d’ancêtres. À force d’enterrer les morts sur les morts, à force de chavirer la terre, c’est obligé que remontent les cendres des ancêtres. Donc, il a pris une poignée de terre et il l’a lâchée devant moi. Au lieu de tout de suite tomber au sol, elle est descendue en tournant trois fois autour de moi. Alors, le devineur a dit : ” ce n’est pas ton papa, ton dada ou ton fils ; ce sont les ancêtres qui veulent ton corps en offrande. »

Autres publications
Féklèr la nuit – Clair de Nuit, nouvelle, Kanyar N° 4, 2015
Dosèl l’amour – Amours salées, nouvelle, Kanyar N° 5, 2016

Prix et distinctions
2017 Prix Lankréol pour Lo zo dann vavang

Manifestations
2017 Salon Athéna de Saint-Pierre