L’île-femme – Poésie réunionnaise au féminin

Jean-François SAMLONG – Agnès GUENEAU – Collectif. Union de défense de l’identité réunionnaise (Udir). Poésie. 1987

En savoir plus
Union de défense de l’identité réunionnaise (Udir)

4ème de couverture
Cet ouvrage rassemble plus de deux cents poésies écrites par plus de quarante Réunionnaises, dont la célèbre Célimène, née en 1806 du côté de la Saline, sur la côte Ouest de la Réunion. On y trouve aussi des œuvres contemporaines, de Claire Karm ou Jacqueline Farreyrol, en passant par Madeleine Mallet ou Marie-Ange Velonaly

Les auteurs
Isabelle HOARAU pour Exotisme, Tsilaosa, Fantasme, Danse et Cyclone

Soleillade

Isabelle HOARAU (Texte) – Gérard JOLY (Illustrations). Union pour la défense de l’identité réunionnaise (UDIR) – Anchaing. Poésie. 1987

Présentation de l’auteur
Sous les rayons du soleil oblique, les poèmes fusent, emplis de voyages intérieurs, de rencontre avec la fulgurance de la nature tropicale. Un retour aux origines entre fantasmes et rêveries.

Pour les bravos de l’empire – L’île de la Réunion des années 1939-1945

Jean-François SAMLONG. Jacaranda – La Réunion et son histoire. Roman. 1987. 9782904470059

Acheter
Librairie Autrement
Librairie Gerard

4ème de couverture
Le gouverneur Aubert était considéré par tous comme l’empereur de l’île. C’était un homme froid, orgueilleux, autoritaire, et ce soir-là, en offrant le premier banquet de l’année aux notables de la ville, il savait pertinemment que tous seraient à ses pieds. Il attendait ses invités, un petit sourire narquois au coin des lèvres, plus sûr de lui que jamais. L’Italie était entrée en guerre contre la France qui s’écroulait sous la mitraille des blindés allemands. Là-bas, c’était le fracas de la guerre et de la défaite, ici l’attente d’un triomphe et l’on savourait le feu intérieur du patriotisme. Les médailles et décorations, celles de 14-18, fleurissaient sur la poitrine des Anciens Combattants. Quant aux jeunes, ils n’attendaient qu’un seul mot d’ordre pour se jeter dans la bataille. Les filles brodaient sur de fins mouchoirs le prénom de leur fiancé, en écoutant d’une oreille attentive le cri de guerre lancé sur Radio Saint-Denis par une voix nasillarde.