MAB ELHAD

© No comment
Poète, photographe et artiste calligraphe

 Site de MAB Elhad (Poète)
 Site de MAB Elhad (Photographe)
 Site de MAB Elhad (Photographe)
 Site de MAB Elhad (Photographe)
 Blog de MAB Elhad
 mabelhad2@gmail.com

Né en 1968 à Moroni aux Comores, Mohamed Abderemane Boinafoumou effectue ses études primaires à l’école primaire d’application de Moroni, avant de fréquenter le collège de Mbouéni et le lycée Said Mohamed Cheikh.
En 1980, il s’envole pour la France et vit à Nantes avant de poursuivre des études agricoles au lycée d’enseignement professionnelle agricole (LEPA) de Luçon Pétré (Vendée).
Rentré au pays en 1985, il intègre le Centre fédéral d’appui au développement rural (CEFADER) en qualité de chef du département des aliments avicoles (Provix).
En 1987, il s’engage dans l’armée comorienne sous les couleurs de la gendarmerie et bénéficie d’une formation en police technique et scientifique au Centre de perfectionnement en police judiciaire de l’École des sous-officiers de gendarmerie (ESOG) de Fontainebleau-Paris (France). Il y apprend les rudiments de l’usage de la photographie forensique (dans le domaine judiciaire y compris la reconstitution des faits, la dactyloscopie en investigations criminelles). Ceci le conduit à devenir cumulativement à ses fonctions de directeur des enquêtes, le 1er photographe officiel de l’armée comorienne de 1985 à 2009. Après quoi, il met à profit cette formation au service de ses ambitions artistiques.
En 2009 après 22 ans de loyaux services et ayant servi avec abnégation, il prend sa retraite au grade de lieutenant de gendarmerie, pour se lancer dans une carrière civile où il occupe successivement les fonctions de 1er adjoint au maire de Moroni, puis de préfet du Centre de La Grande Comore, conseiller en sureté et sécurité du gouverneur, du ministre de l’intérieur et plus tard coordinateur national de la sûreté et la sécurité des aéroports.
En 2013, il est nommé directeur général des renseignements extérieurs à la présidence jusqu’à 2016 où il crée sa société de recouvrement, enquête et médiations (SOREM) dans laquelle il est cogérant. De mars 2018 à ce jour, il est directeur délégué de la société de sûreté et sécurité AB Air Sûreté.

MAB Elhad poète
Délégué de l’Association internationale Rencontres Européennes « Euro-poésie » aux Comores, Mohamed Abderemane Boinafoumou dit MAB Elhad participe à différentes manifestations sur la scène internationale telles que le Festival international de poésie itinérante en Afrique (FIPIA) en 2000 aux Comores et en 2001 à Antananarivo (Madagascar), le Festival inter-régional de poésie de l’océan Indien (FIPOI) en novembre 2005 et en octobre 2007 organisé par l’Union pour la défense de l’identité réunionnaise (Udir) ou les Nuits métisses à Marseille en avril 2006 dans le cadre du projet d’échange « Iyara », tournée littéraire et artistique dans les cités de Marseille où MAB Elhad assure des ateliers d’écriture de poésie et de calligraphie avec et au profit des enfants de la cité phocéenne.
Des extraits de son œuvre Kaulu la mwando, sont mis en espace par les troupes théâtrales Les Amies de Hahaya et Djoumbé, mais aussi, mis en danse chorégraphique par la troupe Bahari au Niger et à Madagascar. Des artistes tels que Soumette Ahmed, Sultan et Annabelle Catau les jouent en lectures scéniques à Marseille. Il est mis aussi en musique par des artistes français et comoriens. Il participe à l’atelier de recherche Art, langue et poésie du Grand Océan à Madagascar en décembre 2005 sur invitation de la structure Lerka, à l’occasion du projet Elabakana ou le mouvement perpétuel réunissant les écrivains et les artistes de l’océan Indien et portant sur l’importance des perles dans la sous-région.
En mars 2016 à l’occasion de la Semaine de la francophonie, il séjourne à Dar Es Salam (Tanzanie), où il est convié à présenter ses œuvres photographiques et poétiques à l’Alliance française et au Restaurant l’Épi d’Or. Puis en septembre 2017 il se rend à Antananarivo (Madagascar) où il est invité par un club de jeunes poètes malgaches pour présenter ses œuvres poétiques et photographiques.

MAB Elhad photographe : Entre traces, dessins, marques et signes
MAB Elhad vient à la photo dès son plus jeune âge, grâce à son frère d’enfance et de coeur Cheikh Saidou, avec un instamatic 110 Kodak alors qu’il fréquente le cours moyen première année (CM1). Plus tard, il bénéficie de différentes expériences en traitement noir et blanc alors qu’il fréquente le club photo du lycée d’enseignement professionnelle agricole (LEPA) de Luçon Pétré (Vendée), où il poursuit ses études en agri-élevage.
MAB Elhad effectue une douzaine d’expositions dont trois collectives et neuf à titre individuel ; d’abord, pour défendre les droits de l’enfant et montrer son engagement sous l’égide de l’UNICEF à Moroni, puis en compagnie du représentant résident de l’Organisation mondiale de la santé, Kalambay Kalula, lui-même poète. Suivent d’autres expositions collectives, telles que Scène de vie aux Comores, en compagnie d’autres photographes, notamment Cheha Maaloume photographe à la présidence de la république et le photographe Medass, ou  individuelles comme Nature morte signée MAB Elhad. Ses dernières expositions remontent aux Printemps des poètes de 2016 et 2017 respectivement au Centre de création artistique et culturelle des Comores (CCAC) Mavuna et à l’Alliance française Ex poétique des œuvres calligraphiques et photographiques inspirées de son dernier recueil de poèmes Regard biaisé.
MAB Elhad effectue par ailleurs trois sorties internationales, en l’occurrence l’exposition faite à la Médiathèque François Mitterrand de Saint-Denis La Réunion en 2004, sur invitation de l’Union des artistes réunionnais (Udar) en compagnie des artistes plasticiens comoriens Séda et Chacri, mais aussi les deux expositions photos effectuées à Marseille au Crous de Marseille et à l’université de droit Aix-en-Provence, à l’Espace culturel Méditerranée – Nomad’ Café en 2007. À La Réunion, MAB Elhad est récipiendaire du trophée photo de l’Union des artistes réunionnais (Udar) obtenu au cours du Carrefour des artistes de l’océan Indien. Le Quotidien de La Réunion qualifie alors MAB Elhad d’artiste polymorphe.

MAB Elhad poète et photographe
En mars 2016 à l’occasion de la Semaine de la francophonie, il séjourne à Dar Es Salam (Tanzanie), où il est convié à présenter ses œuvres photographiques et poétiques à l’Alliance française et au restaurant l’Épi d’Or. Puis en septembre 2017, il se rend à Antananarivo (Madagascar) où il est invité par un club de jeunes poètes malgaches pour présenter aussi ses œuvres poétiques et photographiques.
MAB Elhad expose dans le genre de la surimpression, le reportage et la nature morte.
Il participe à l’atelier de recherches Art, Langue et poésie du Grand Océan à Madagascar en décembre 2005 sur invitation de la structure Lerka, à l’occasion du projet Elabakana ou le mouvement perpétuel réunissant les écrivains et les artistes de l’océan Indien, et portant sur l’importance des perles dans la sous-région.
En 2016, des extraits de son premier recueil Kaulu la mwando figurent sur les billets de banques comoriens de 1000 et de 2000 francs kmf, en mini lettres rouges. Son dernier recueil Regard biaisé contient des photographies illustrant certains de ses poèmes.

Très inspiré par les us et coutumes de son pays, MAB Elhad projette de publier des livres sur l’histoire des sites touristiques comoriens dans leurs aspects mythologiques (entre croyances, animismes et mythes) l’autres projet de publication porterait sur l’illustration des proverbes et adages comoriens.

Regard biaisé – Entre le temps et l’espace (4ème de couverture du dernier ouvrage)
Je ne suis pas allé à la poésie, c’est la poésie qui est venue à moi » L’aveu lui a glissé innocemment  entre les doigts lors de la présentation, le 10 février 2004, de son premier recueil, Kaulu la mwando.
Aujourd’hui MAB Elhad publie son deuxième recueil : trente-six poèmes écrits entre 1980 et 2002, qui « puisent dans l’identité comorienne » pour donner « une poésie engagée, car le poète n’est pas un prophète, mais un messager qui mène un combat pour l’épanouissement de certaines valeurs et d’un certain idéal auxquels il croit.

Prix et distinctions
2004 Trophée photo de l’Union des artistes réunionnais (Udar) au Carrefour des artistes de l’océan Indien

Manifestations
2021 Semaine du Festival international de photographie de la SEPHOB (Bénin)
2016 Semaine de la francophonie à Dar es Salam (Tanzanie)
2007 Festival inter-régional de poésie de l’océan Indien (FIPOI) à La Réunion
2006 Nuits métisses (Marseille)
2005 Festival inter-régional de poésie de l’océan Indien (FIPOI) à La Réunion
2001 Festival international de poésie itinérante en Afrique (FIPIA) à Antananarivo (Madagascar)
2000 Festival international de poésie itinérante en Afrique (FIPIA) aux Comores

01/08/2019

Modeste MADORÉ

Plasticien et illustrateur

 www.modeste-madore.com
 mmadore@orange.fr
 Consultez les dédicaces

Depuis une vingtaine d’années il partage son activité artistique entre la céramique et l’illustration au service d’un univers enfantin joyeux et coloré. Le monde animalier est pour lui une source d’inspiration stimulante et inépuisable. A poils, à plumes ou recouverts d’écailles les bestioles de toutes espèces sont au cœur de son travail. De nombreuses expositions ont émaillé son parcours dont Zoopsies à la galerie Gounod en 2006. Après une vingtaine d’albums jeunesse illustrés et de jeux pour enfants, il espère poursuivre l’aventure dans l’édition sans pour autant abandonner ses collections d’assiettes.

Ishka et l’oiseau bleu extraordinaire qui a trouvé comment faire pour grandir d’un seul coup (4ème de couverture)
Ishka est très pressé de vivre comme les grands de sa tribu.
« Que faut-il faire pour devenir grand ? », demande-t-il au brahmane de la forêt.
« Attendre », répond le sage.
Trop impatient pour suive ce conseil, le petit singe part en quête d’un mystérieux oiseau bleu qui a trouvé comment faire pour grandir d’un seul coup.
Un conte plein de sagesse et d’espièglerie pour apprendre que devenir grand est aussi et surtout une histoire d’intelligence et de cœur.

Petits curieux (Présentation de la dernière parution)
« Qui est Mimose ? » se demandent deux petits poissons cochers du lagon.
La mystérieuse invitée de leur maman pique leur curiosité.
Emportés par le courant de leur imagination, ils vont surfer sur une vague de questions…
La réponse est bien plus surprenante qu’ils ne pouvaient l’imaginer.

Autres publications
Jeu de mistigri – Animaux du lagon. Modeste MADORÉ. Éditions à la gomme. Jeu. 2020. 3770007132079
4 puzzles océan Indien. Modeste MADORÉ. Éditions à la gomme. Jeu. 2019. 3770007132062
Jeu de 7 familles – Animaux de La Réunion. Modeste MADORÉ. Éditions à la gomme. Jeu. 2018. 3770007132048
Jeu de domino – Fruits de La Réunion. Modeste MADORÉ. Éditions à la gomme. Jeu. 2017. 3770007132017
Jeu de mémo – Animaux de La Réunion. Modeste MADORÉ. Éditions à la gomme. Jeu. 2016. 3770007132000

Distinctions et prix
2021 Prix Vanille 2020 – Illustration pour Ishka et l’oiseau bleu extraordinaire qui a trouvé comment faire pour grandir d’un seul coup
2020 Finaliste du Prix Vanille 2020 – Illustration pour Si timide
2020 Prix du Paille-en-Queue – Très petite section – Petite section pour Quartier Mimites
2012 Prix du Paille-en-queue pour Le roi Martin et pour Maki Catta
2011 Prix du livre insulaire d’Ouessant du meilleur album jeunesse pour Maki Catta
2010 Parrain du 4ème salon du livre de jeunesse de l’océan Indien
2010 Sélection Prix du Paille-en-Queue (Grande section – CP – CE1) pour Complètement zébré

Manifestations
2021 Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (Seine- Saint-Denis)
2021 Salon du livre réyoné (Saint-Leu – La Réunion)
2021 Salon des auteurs et éditeurs péi (Saint-Paul – La Réunion)
2019 Salon du livre réyoné (Saint-Leu – La Réunion)
2019 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)
2018 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (Saint-Leu – La Réunion)
2017 Salon du livre de Paris
2017 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)
2016 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (Le Port – La Réunion)
2015 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)
2014 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (Le port – La Réunion)
2013 Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (Seine- Saint-Denis)
2012 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (Le Port – La Réunion)
2011 Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (Seine- Saint-Denis)
2010 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (Le Port – La Réunion)
2009 Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (Seine- Saint-Denis)
2009 Salon du livre de Paris
2009 Festival du livre et de la bande dessinée de Saint-Denis de La Réunion
2008 Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (Seine- Saint-Denis)
2008 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (Le Port – La Réunion)

Consultez les dédicaces

19/02/2018

Joëlle MAESTRACCI

Illustratrice, graphiste et imprimeur

 Site de Joëlle Betsey Maestracci
 joelle@ipc.mu
 Consultez les dédicaces

Après une bourse d’études dans une école d’arts graphiques à Paris et 13 années en France, Joëlle Maestracci rentre en famille à l’Île Maurice et travaille pour des agences de communication et propose aussi ses illustrations pour des magazines institutionnels. Aujourd’hui graphiste et imprimeur, elle a le bonheur d’aider à l’impression de nombreux ouvrages d’auteurs et d’illustrateurs et crée de nombreuses collections de carnets alliant l’impression, la dorure à chaud et le gaufrage.
Née à l’Île Maurice de père réunionnais et de mère mauricienne, elle adore voyager et est émerveillée par des rencontres avec des artistes malgaches en août 2017. Elle crée en 2018 le concept Zourit qui permet de mettre en avant de jeunes créatifs via divers supports imprimés : une 1ère collection sortie en mai 2018 est un pack comprenant 20 enveloppes colorées et 20 cartes illustrées par 5 illustrateurs mauriciens : leur vision sur leur île.
De l’acrylique, à l’huile, aux crayons de couleurs ou devant sa tablette graphique tout médium lui permet de s’évader et de créer des univers très variés.

Mais pourquoi donc le poisson-clown fait-il le clown ? (4ème de couverture du dernier ouvrage)
Poma est un petit poisson demoiselle tout gris, timide et solitaire. Un poisson normal en quelque sorte, que personne ne remarque. Un jour, le grand mérou étoilé, le chef du cirque, annonce qu’il est à la recherche d’un clown pour son spectacle. Poma aimerait bien se proposer. Osera t-il relever ce défi ?

Manifestations
2019 Semaine de la littérature jeunesse à Tananarive (Madagascar)
2018 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (Saint-Leu – La Réunion)
2018 Festival du livre jeunesse de Maurice (Rose-Hill)
2016 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (Le Port – La Réunion)
2014 Confluences – Salon international du livre de Maurice
2012 Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien (Le Port – La Réunion)

Consultez les dédicaces

19/09/2018

Dominique MARAVAL DE BONNERY

Auteur

 dominique.maraval@hotmail.com
 Consultez les dédicaces

Après avoir œuvré pendant une trentaine d’années dans l’audio-visuel : Radio France et France Télévision, Dominique Maraval de Bonnery s’est lancé avec humilité dans l’écriture littéraire, une grande inconnue après tant d’années passées à écrire parler. De ce nouvel apprentissage est né un livre autobiographique Tumeur changeante (2018), ouvrage qui relate une période douloureuse de sa vie familiale.
Souhaitant se prouver qu’il pouvait écrire sur d’autres sujets que sa vie personnelle, en 2019 il se jette à corps perdu dans la réalisation d’un roman historique qui devrait sortir en 2022.

Tumeur changeante (4ème de couverture du dernier ouvrage)
La tête basse, le regard fuyant, le neurochirurgien m’annonce sans précaution oratoire que Sylvie n’en a plus que pour six mois, voire au plus un an à vivre ! Sur le moment, j’éprouve cette sensation que les cinq étages de l’hôpital s’écroulent sur ma tête. “Tumeur changeante” est le récit d’un accompagnant qui relate le combat mené par Sylvie, une jeune mère de famille de 38 ans atteinte d’une tumeur au cerveau. Une maladie qui va bouleverser son quotidien et celui de sa petite famille entraînée avec elle dans la spirale de l’isolement. Une solitude qui va remettre en cause les rapports qu’elle entretenait jusqu’alors avec la Médecine, la Religion et la Société. Une société où l’indifférence des uns est compensée par l’empathie des autres. Un récit où l’humour caustique du narrateur permet de ne pas sombrer dans le mélodrame…

Manifestations
2019 Salon du livre Athéna de Saint-Pierre (La Réunion)

Consultez les dédicaces

14/10/2019

Nelly MAREINE

Auteure

 nellymareine@gmail.com
 Consultez les dédicaces

Agrégée d’anglais, Nelly Mareine enseigne en métropole, en Tunisie, au Maroc, aux États-Unis et enfin à La Réunion où elle prend sa retraite pour se consacrer à l’écriture. En 2009, elle publie un ouvrage de critique littéraire consacré aux œuvres de Blaise Cendrars et Henry Miller : Henri Miller, Blaise Cendrars – Deux âmes soeurs (L’Harmattan – Approches littéraires). Avide de découvertes littéraires et historiques, elle prépare en 2011 l’édition d’un texte rare, le journal de Samuel Pepys, un bourgeois de Londres du XVIIe siècle : L’oeil de Samuel – Sexe et pouvoir sous la restauration anglaise – Journal de Samuel Pepys (1660-1669) (L’Harmattan).
Chez Feuille Songe, elle publie en 2021 Quand l’île Bourbon était anglaise.

Quand l’île Bourbon était anglaise (4ème de couverture du dernier ouvrage)
Période méconnue, l’occupation anglaise de l’île Bourbon, entre 1810 et 1815, a pourtant été le théâtre d’événements importants qui ont considérablement changé le quotidien des habitants. C’est cet épisode étonnant, parfois épique et sanglant, que Nelly Mareine nous propose de découvrir en voyageant dans les archives de La Réunion.

Manifestations

Consultez les dédicaces

01/05/2021

Isabelle MARTINEZ

Auteure, comédienne, marionnettiste et metteuse en scène

 Site Compagnie La Pata Negra
 Facebook d'Isabelle Martinez
 Facebook Compagnie La Pata Negra
 lapatanegra974@gmail.com
 Consultez les dédicaces

Originaire de Grenoble, Isabelle Martinez fait son nid sur l’île de La Réunion en 1998.
Elle écrit pour le théâtre de marionnette et le théâtre d’acteur. Elle passe le plus clair de son temps à traquer les travers de nos âmes humaines pour voir ce qui se cache dans la doublure de nos ordinaires. Quand elle dégoupille son stylo, c’est une écriture grinçante de vérité et piquante d’acidité qui jaillit sur fond d’humour noir.
Elle collabore avec plusieurs compagnies de l’île et de métropole. Artiste associée pendant neuf ans jusqu’en 2012 au Théâtre des Alberts, elle adapte et met en scène L’ogre maigre et l’enfant fou de Sophie Chérer. Elle co-écrit les spectacles Accidents » et Sakura mis en scène par Martial Anton. Elle écrit et met en scène et interprète La Marchande d’ombre et Fatale Dolores aux accents almodovariens.
Au sein du Collectif l’Alpaca Rose, elle signe l’écriture et la mise en scène d’un spectacle lyrique La Diva du Pavé interprétée par la chanteuse Sabine Deglise.
En métropole, elle collabore à la dramaturgie du spectacle Le complexe de chita de D. Calvo Funes et M. Anton de la Cie Tro-Héol.
Avec le scénographe Charles Rios, elle porte à la scène des auteurs qui lui sont chers : Heiner Müller et Samuel Beckett. En 2016, ils créent leur propre compagnie à la Réunion : Cie La Pata Negra. Elle écrit et met en scène Qui sait ce que voit l’autruche dans le sable, forme marionnettique librement inspirée de l’oeuvre de Beckett. Elle signe l’écriture et la mise en scène de Petites conspirations crée en 2019, pièce pour quatre acteurs. Elle auto-édite le texte du spectacle qui connait un vif succès (toujours disponible sur commande à : lapatanegra974@gmail.com).
En 2020 elle répond à la commande d’écriture pour le projet Boule de neige dann pié koko qui réunit des auteurs(trices) de La Réunion, de l’Hexagone, du Québec et de la Martinique avec le concours du Nest Centre dramatique national (CDN) de Thionville-Grand Est, le Centre dramatique national (CDN) de l’océan Indien et le Théâtre d’Angoulême, scène nationale.
En 2021 la revue littéraire Kanyar publie le texte Petits battements tiré de son spectacle Petites conspirations. Isabelle Martinez continue de sonder son écriture du réel et les discrets recoins de nos âmes dans une création à venir : Les inédits.

Kanyar – Numéro 8 (4ème de couverture du dernier ouvrage)
Le numéro 8 de Kanyar est paru en avril 2021.
Sous une couverture signée Maca Rosée, retrouvez ses fidèles auteurs et autrices : Estelle Coppolani, Emmanuel Gédouin, Emmanuel Genvrin, Nathalie Hermine, Julie Legrand, Jocelyne Le Bleis, Nathalie Valentine Legros, Xavier Marotte et Marie Martinez. Et pour la première fois : Isabelle Martinez, Johary Ravaloson, Gauthier Steyer, Joëlle Brethes et Ophélie Sautron.
Dans ce numéro 8 de Kanyar, on vous raconte des histoires d’arbres qui dansent, de végétation oppressante ou providentielle, de sangliers en furie, de poissons multicolores, d’objets qui ont une autre vie… On y côtoie des Gilets jaunes, une factrice déchaînée, des ouvriers en usine, une mère en fuite, des guetteurs d’Ovnis, une nageuse en thérapie, des individus maléfiques, un plongeur émerveillé, des kanyars qui traficotent, un enfant qui apprend à lire, une romancière fantasque, un chœur en marche, un chanteur qui casse un peu les oreilles et l’été indien qui promet éternellement d’aller où on voudra quand on voudra.
Illustration de couverture : Maca Rosée
Nouvelles
Isabelle MARTINEZ avec Petits battements

Manifestations
2021 Salon des auteurs et éditeurs péi (Saint-Paul – La Réunion)

Consultez les dédicaces

03/06/2021